La Chine passe devant la France et devient le 2e vignoble mondial après l'Espagne

La Chine est devenue en 2014 le deuxième vignoble du monde avec près de 800 mille hectares. Les Chinois sont désormais derrière l'Espagne et devant la France.

© Caroline Jouret

En 2000, le vignoble chinois représentait moins de 4% des vignes mondiales.
Aujourd'hui, il représente près de 11%, a indiqué l'Organisation internationale du vin (OIV) lundi 27 avril 2015.

La Chine sera "le premier vignoble au monde en superficie et en volume d'ici cinq ans", a prédit Boris Petric, anthropologue au CNRS, en 2013.

Comment évolue la superficie du vignoble dans le monde?

C'est en Chine et en Amérique du Sud principalement que les vignobles continuent de croître.
En revanche, l'Union européenne continue de réduire ses surfaces qui atteignent 3,4 millions d'hectares (soit un recul de 21 000 hectares).

L'Espagne reste largement en tête pour les surfaces cultivées avec plus d'un million d'hectares (1,021 million) devant la France (792 000) et l'Italie (690 000).

Entre 2008 et 2011, l'Union européenne avait adopté un plan de régulation du potentiel de production qui l'a amenée à diminuer de 94 000 ha en moyenne chaque année la surface de ses vignobles.
Ces deux dernières années, ce sont principalement l'Italie et le Portugal qui ont poursuivi cet effort avec des baisses respectives de moins 15 000 et moins 5 000 hectares par an.



Qui sont les principaux pays exportateurs de vin?

En 2014, 104 millions hectolitres de vin ont été exportés à travers le monde, soit une hausse de 2,5% en un an.
Cette augmentation est à porter principalement au bénéfice de l'Espagne (+22% en volumes), qui est le premier exportateur mondial devant l'Italie et la France.
Le Chili et l'Australie sont respectivement les 4e et 5e exportateurs mondiaux.

A eux trois, l’Espagne, l’Italie et la France représentent plus de la moitié des exportations en valeur (15,2 milliards d’euros) et 56% du volume du marché mondial en 2014, soit 57,4 millions d’hectolitres. 
A noter que l’Italie et la France continuent de dominer le marché avec respectivement une part de 20% et 30%.
"Malgré le fort volume des exportations espagnoles, la forte part du vrac (57%) conduit à un prix moyen pondéré de ces exportations inférieurs à ceux observés en Italie et en France, tant et si bien que l’Espagne ne représente que 10% de la valeur des échanges mondiaux (rappel 22% en volume)", précise l’OIV.

Pourquoi la consommation de vin est-elle en recul?

La consommation de vin a accusé un léger recul, estimée à 240 millions d'hectolitres pour 2014 (soit -2,4 millions d'hectolitres).
"La consommation de vin est encore marquée par les effets de la crise économique et financière de 2008, qui n’ont pas permis le retour de la croissance de la consommation mondiale observée entre 2000 et 2007", note l'OIV.
Actuellement, les Etats-Unis sont les premiers consommateurs au monde.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
viticulture international économie