5 questions à Jacques Paté, rédacteur en chef de France 3 Franche-Comté

Publié le Mis à jour le

Derrière la télé, il y a des métiers. Rencontre aujourd'hui avec le chef d'orchestre de la rédaction ou le "marathon man" de l'info. D'habitude, il pose les questions. Aujourd'hui, il y répond.

A quoi ressemble la journée de travail du rédacteur en chef à France 3 Franche-Comté ?

Le monsieur qui court toute la journée dans les couloirs de la station, avec deux téléphones greffés à l'oreille en permanence, qui signe des parapheurs entre deux conférences de rédaction, des rendez-vous, des entretiens, tout en visionnant des reportages, c'est le rédacteur en chef !

Ma journée est un marathon quotidien avec deux priorités

  • l'information du téléspectateur et de l'internaute qui demandent des reportages de qualité, fiables et réactifs
  • et l'animation de la rédaction afin qu'elle forme une équipe performante et motivée travaillant pour le média numéro 1 de Franche-Comté

Peut-on parler de tout dans un journal régional ?

On ne peut pas parler de tout, on doit parler de tout. Après, nous sommes un média régional avec des valeurs de service public, nous avons une ligne éditoriale bien définie :  informer avec rigueur, nourrir les débats de société, faire découvrir et inviter à réfléchir...

Il ne faut pas s'attendre à voir chez nous des sujets "people" et racoleurs, ici on fait du sérieux.  


La Franche-Comté est une des plus petites régions françaises. C'est difficile d'y faire un journal quotidien ?

La télévision régionale a 50 ans et cela fait 50 ans que nous arrivons à sortir des journaux quotidiens en Franche-Comté.

Lorsque l'actualité ne nous aide pas, nous pouvons compter sur les bonnes idées de la rédaction pour fournir des propositions intéressantes à traiter.

De quelle façon les contenus, les formats de reportage ont-ils évolué en 50 ans ?

J'ai gardé un ancien conducteur d'un journal télévisé des années 80 lorsque j'ai débuté à Besançon comme présentateur. On dénombrait 5 reportages maximum dans le journal. Et ils duraient 2'30 chacun. Les thèmes étaient assez institutionnels. 30 ans plus tard, on diffuse deux fois plus de reportages dans le journal, les formats sont plus courts.
On réagit davantage à l'actualité et aux sujets de société. On voit moins les préfets et davantage monsieur et madame tout le monde.


Que pourrait être le journal régional de demain en Franche-Comté ?

Encore plus de proximité avec des journalistes mieux répartis sur tout le territoire, à Pontarlier, à Saint-Claude, à Gray. Et plus de réactivité à la fois dans le tournage des reportages mais aussi dans leur délai de diffusion. 





L'agenda du rédacteur en chef

  • 7h30 - arrivée à la rédaction pour préparer les éditions du jour
  • 9h - animation de la conférence de rédaction
  • 10h à 12h - suivi avec un de ses adjoints de la fabrication des reportages, contacts avec les équipes sur le terrain
  • 12h à 12h30 - présent en régie pour prendre les décisions pendant le journal

  • 14h30 - retour à la station pour anticiper déjà l'édition du lendemain
  • 15h30 - conférence de rédaction pour arrêter l'ordre du journal du soir
  • 16h à 18h30 - suivi de la fabrication des reportages.... tâches administratives, plannings, rendez-vous...
  • 19h - présent en régie pour prendre les décisions pendant le journal
  • 19h30 - dernières anticipations avant de fabriquer à nouveau deux éditions le lendemain !