Affaire Alexia Daval : Déni, mensonges… un psychanalyste décrypte ce qui s’est passé dans la tête de Jonathann Daval

Jonathann Daval sera jugé du 16 au 20 novembre devant la cour d’assises de Haute-Saône pour le meurtre de sa femme Alexia en octobre 2017 au domicile du couple à Gray. Le suspect aura menti. Longtemps. Plusieurs fois.
Sylvain Loye est psychanaliste. Il décortique le mécanisme du mensonge, des mensonges chez Jonathann Daval, jugé prochainement devant la cour d'assises de Haute-Saône pour le meurtre de son épouse, Alexia Daval.
Sylvain Loye est psychanaliste. Il décortique le mécanisme du mensonge, des mensonges chez Jonathann Daval, jugé prochainement devant la cour d'assises de Haute-Saône pour le meurtre de son épouse, Alexia Daval. © Denis Colle - France Télévisions
En octobre 2017 quand sa femme de 29 ans disparait, Jonathann Daval fait croire qu’elle est partie faire un footing et n’est jamais revenue. Il émeut la France, en larmes, soutenu par sa belle-famille.
Trois mois plus tard, il finit par avouer avoir tué sa femme lors d’une dispute familiale.
L’été 2018, il change de version et accuse son beau-frère et évoque un complot familial. 
Il nie longtemps avoir tenté de carboniser le corps de sa femme. Il finira par avouer ce terrible fait au moment de la reconstitution du meurtre en juin 2019. 
Sylvain Loye est psychanalyste. Il a suivi toutes les étapes de l'affaire Alexia Daval, lu les différents rapports d'expertise psychiatrique. Interview :

Pourquoi Jonathann Daval a-t-il menti ?

“Quand on part dans le mensonge, on est dans un processus de l’activité psychique où l’on est en train de nier une réalité. Cette réalité qui est niée dans ce cas, c’est pour éviter une responsabilité et même une culpabilité.”

Comment expliquer le mécanisme de déni ?

“Ce processus (de mensonges) fait que Jonathann Daval part dans des scénarios. Il faut à tout prix nier la réalité, la masquer, et trouver une stratégie, un processus pour qu’il soit innocent.”
 
17 juin 2019 - la famille d'Alexia Daval a assisté à la terrible reconstitution de la mort d'Alexia Daval. Son mari Jonathann a fini par avouer qu'il a bien tenté de calciner le corps de son épouse dans un bois proche de Gray.
17 juin 2019 - la famille d'Alexia Daval a assisté à la terrible reconstitution de la mort d'Alexia Daval. Son mari Jonathann a fini par avouer qu'il a bien tenté de calciner le corps de son épouse dans un bois proche de Gray. © Philippe Lavieille - maxPPP

Comment expliquer que le beau-frère soit soudainement accusé ? 

“Ce que Jonathann Daval fait à ce moment, il fait un scénario avec des déplacements au niveau des représentations mentales. Il y a toujours une dispute, sauf que la dispute, ce n’est plus dans leur maison, c’est dans la maison familiale. Il y a toujours un gendre concerné, mais ce n’est plus lui, c’est le mari de sa soeur, et  le secret de sa culpabilité se transforme en secret familial”.
 

Pourquoi Jonathann Daval a mis tant de temps à reconnaître la crémation du corps d’Alexia Daval ?

“Il doit quelques mois après faire face à cette réalité. Est ce que j’ai été jusqu’à faire brûler le corps de ma femme pour faire disparaitre la cause de ma culpabilité ? Et cela, pour la conscience, et pour un cerveau, c’est quelque chose qui est difficilement acceptable. Pourquoi ? Parce que Jonathann Daval n’a pas un CV de criminel. C’est un acte qui était malheureux, qui est devenu criminel, et qui après, s’est transformé, du fait de ce processus de mensonge, en processus diabolique."
 
Affaire Alexia Daval : le déni et les mensonges de Jonathann Daval
  ► Reportage Clément Jeannin, Denis Colle avec Sylvain Loye, psychanaliste

Poursuivi pour meurtre sur conjoint, Jonathann Daval, 35 ans encourt une peine pouvant aller jusqu’à la perpétuité. Il sera jugé durant cinq jours devant la cour d’assises. Le mari d’Alexia Daval sera défendu par Me Randall Schwerdorffer et Me Ornella Spatafora et Me Samuel Estève. La famille d’Alexia Daval, sera défendue par un autre ténor des assises Me Gilles-Jean Portejoie.

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
affaire alexia daval faits divers justice société