Agenda rural : un plan gouvernemental pour faciliter la vie des habitants des zones rurales

Echannay : un village de fond de vallée en Bourgogne / © Wikipédia / Gilles Guillamot
Echannay : un village de fond de vallée en Bourgogne / © Wikipédia / Gilles Guillamot

Le gouvernement veut revitaliser les zones rurales. Il a annoncé un plan d'actions, comprenant 173 mesures, qui doit répondre au sentiment d'abandon des habitants de ces territoires.

Par Fatima Larbi

► L'Agenda rural, un plan destiné aux territoires ruraux


Le Premier ministre, Edouard Philippe, a présenté un plan en faveur des territoires ruraux, vendredi 20 septembre 2019, lors de l’ouverture du congrès de l’association des maires ruraux (AMRF).

Ce plan, baptisé Agenda rural, est destiné à doper l’activité et répondre au sentiment d’abandon des zones rurales, exprimé par la crise des gilets jaunes.

Il s'est inspiré du rapport "ruralité : une ambition à partager", remis par deux parlementaires et trois maires en juillet.
Il ont fait 200 propositions pour améliorer la vie quotidienne des 22,4 millions habitants des zones rurales, soit un tiers de la population française. 
En Bourgogne-Franche-Comté, ce sont près des deux tiers de la population  qui vivent à la campagne. 


L’Agenda rural  a retenu 173 propositions autour de quatre priorités : la transition écologique, la proximité des services publiques la sécurité et l’attractivité.

Grâce à ses nombreuses mesures, ce plan vise à permettre à chacun de vivre et de travailler là où il habite, y compris à la campagne. Il constitue également un soutien essentiel aux milliers de maires et d’élus locaux qui se battent pour leur commune. Edouard Philippe, Premier ministre

Pour cela, ce plan d’action s’appuie sur des mesures phares.
 

► Relancer le commerce et les bistrots de village


Pour soutenir le commerce local dans les villes de moins de 3500 habitant, le gouvernement ouvre aux municipalités la possibilité de leur accorder des exonérations fiscales dès 2020. Ces sommes pourront être en partie compensées par l’Etat.

L’Etat veut également remettre en circulation des licences IV, qui permettent la vente d’alcool. Ces dernières années, leur nombre s’était réduit dans les campagnes pour se concentrer dans les grandes villes et les zones touristiques.
Ces nouvelles "licences de revitalisation" ne pourront plus être transférables ou vendues à une autre intercommunalité. Cette mesure veut préserver les lieux de convivialité dans les territoires ruraux en créant 1 000 cafés .
Rendez-vous au bistrot : chez Fred, café-brocante à Moirans dans le Jura
Rendez-vous au bistrot : chez Fred, café-brocante à Moirans dans le Jura


► Soutenir la jeunesse et favoriser le développement du numérique


Accompagner la jeunesse est également une des priorités de l’Agenda rural.
Le gouvernement a annoncé le déploiement, en 2020, d’une plateforme numérique, "la boussole des jeunes". Les jeunes pourront s’informer sur tous les domaines les concernant : permis à 1 euro, emploi, formation, transport, logement.

1 5000 services civiques vont être créés notamment autour des personnes âgées et les collectivités locales.

Pour le numérique, les communes rurales doivent bénéficier de la couverture 5G et les zones blanches devront être résorbées d’ici 5 ans. 
Une mesure qui doit permettre aux jeunes qui le souhaitent, de poursuivre des études supérieures à distance grâce à 33 campus connectés.
 

► Faciliter l’accès aux services publics


Edouard Philippe a également annoncé l’amélioration des programme gouvernementaux afin de permettre à tous les habitants de bénéficier d’un socle commun de services publics à proximité de chez eux. D’ici la fin du quinquennat, chaque canton devra disposer d’au moins une maison "France Services".
 

► Favoriser l’accès aux soins


Pour faire face aux manque de médecins, le gouvernement s’est engagé à recruter 600 médecins salariés dans les zones sous dotées, au lieu des 400 prévus. Les 200 supplémentaires seront affectés aux zones rurales.
Le premier centre de Santé départemental de Bourgogne a ouvert ses portes à Digoin en Saône-et-Loire.
Cette structure accueille deux médecins salariés par le département.

Les étudiants en internat de médecine devront effectuer une année de stage dans ces zones sous dotées, dont font partie les territoires ruraux.


Numérique, santé, culture, éducation, commerces et services, emploi et activité économique, écologie, déplacement…, ce plan couvre de nombreux domaines.  Pour assurer son suivi  une première rencontre a déjà été annoncée, à l’occasion d’un premier comité interministériel de la ruralité, début 2020.


 

A lire aussi

Sur le même sujet

Episode 4

Les + Lus