Ain, Doubs et Jura : trois jeunes lynx relâchés

Moins d'un mois après la triste découverte d'une femelle lynx retrouvée morte dans le Jura, le centre Athénas annonce le relâcher de trois jeunes individus dans les prochaines semaines. Capturés en nature à l'automne, ils étaient orphelins. Une revanche qui a demandé des mois de travail.

Capturés à l'automne 2019 dans le massif du Jura, les jeunes lynx ont bénéficié d'un long programme de soins au centre Athénas de l'Etoile (39).
Capturés à l'automne 2019 dans le massif du Jura, les jeunes lynx ont bénéficié d'un long programme de soins au centre Athénas de l'Etoile (39). © DR
Il préfère ne pas en dire trop. Gilles Moynes, le président du centre Athénas, est toujours prudent s'agissant des précisions sur les dates et lieux de relâchers de lynx. "Ca se passera de façon discrète compte tenu des récentes affaires de braconnage qui ont eu lieu dans la région." En effet, le travail mené par son association pour la réinsertion de ces félins est considérable, et il est malheureusement parfois gâché par des actes de cruauté. Le dernier en date n'est pas vieux : mardi 17 mars, le corps d'une femelle lynx a été retrouvé au contrebas d'une route à Ivrey. Un acte "fou" pour Gilles Moynes.
 

Les corps de leurs mères n’avait pas été retrouvés, vraisemblablement suite à des affaires de braconnage.
Gilles Moynes, directeur du centre Athénas


Il est donc l'heure pour la nature de reprendre ses droits. Trois jeunes lynx vont donc être relâchés "dans les semaines à venir," dans les départements de l'Ain, du Jura, et du Doubs. Il s'agit de jeunes orphelins de fratries différentes capturés en octobre et novembre derniers dans les forêts du Jura. "Les corps de leurs mères n’avaient pas été retrouvés, vraisemblablement suite à des affaires de braconnages," précise Gilles Moynes, qui rappelle que ces captures se font dans un cadre légal très précis, "sur dérogation ministérielle."
 
Capturés à l'âge de 5 mois, ces individus "sub-adultes" auront environ 1 an pour leur remise en liberté.
Capturés à l'âge de 5 mois, ces individus "sub-adultes" auront environ 1 an pour leur remise en liberté. © DR Centre Athénas
 

Orphelins et condamnés


Agés de 5 mois, ces lynx "sub-adultes" étaient sevrés au sens strict, mais ils n'étaient sûrement pas autonomes. Pour Gilles Moynes, ils n'avaient ainsi aucune chance de survie. Seule association habilitée au relâchage des lynx en France, le centre Athénas a donc suivi un rigoureux protocole de soins, afin de les remettre en liberté.
 

Ils étaient maigres et certains d’entre eux, malades. Il a fallu leur faire prendre du poids, afin d'avoir une stature suffisante.
Gilles Moynes, directeur du centre Athénas


Ils ont aussi été approchés d'une femelle, auprès de laquelle ils ont petit à petit retrouvé leur instinct. Ces étapes, obligatoires, ont pour objectif de leur donner le plus de chances de s'en sortir, en pleine nature. Ce protocole, plus qu'éprouvé, est celui qui a déjà permis la réinsertion de 17 individus depuis la création du centre, en 1987.
 
Depuis sa création en 1987, le centre Athénas a déjà permis le relâcher de 17 individus en nature.
Depuis sa création en 1987, le centre Athénas a déjà permis le relâcher de 17 individus en nature. © DR

 

"Une modeste compensation"


Pour le directeur du centre Athénas, ce relâcher est un signal fort mais insuffisant, un mois après un nouvel acte de braconnage. "C’est une modeste compensation au regards des actes commis ces dernières années en Franche-Comté et ailleurs. Il faudrait que l’état ait une politique beaucoup plus volontaire dans ce domaine."
 

Pour chaque lynx retrouvé mort, il faudrait relâcher deux individus.
Gilles Moynes, directeur du centre Athénas


Etant donné le faible nombre de lynx dans le massif du Jura, estimée à une centaine d'adultes (120 au niveau national), cette démarche peine à rattraper les actes malveillants. "Si on veut compenser la mortalité d’un adulte, il faut en relâcher plusieurs, regrette Gilles Moynes. C’est aussi pour compenser des cas de braconnage dont on n’a pas eu connaissance." Et de conclure : "un adulte, c’est le résultat de la sélection de quatre jeunes. C’est un individu qui a surmonté les écueils de la sélection naturelle." Ce constat, qui explique la persévérance des équipes du centre, a fondé la nécessité de réinsertion.

Pour plus d'informations sur ce sujet, et plus globalement sur la faune et la flore en Franche-Comté, Jean-Stéphane Maurice vous donne rendez-vous sur la page Naturae.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
chasse nature animaux
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter