• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

Un appel au financement participatif pour protéger les oiseaux des zones humides

Le vanneau huppé fait partie des espèces menacées dans les zones humides de Franche-Comté / © Philippe Clément - maxppp
Le vanneau huppé fait partie des espèces menacées dans les zones humides de Franche-Comté / © Philippe Clément - maxppp

La ligue de protection des oiseaux de Franche-Comté lance un appel aux dons. Certaines espèces seraient en voie d'extinction comme le vanneau huppé. 

Par Sophie Courageot

Depuis 2011, la LPO Franche Comté mène un Programme Régional de Conservation des Espèces (PRCE) en faveur d’oiseaux menacés nichant dans les terres agricoles humides : le Vanneau huppé, le Courlis cendré, le Pipit farlouse, le Tarier des prés, la Marouette ponctuée et le Râle des genêts.

Des espèces au bord de l'extinction


Selon la LPO, de 1996 à 2010 les populations nicheuses d'oiseaux des zones humides agricoles ont fortement diminué dans la région. Certaines espèces seraient au bord de l'extinction comme le vanneau huppé qui a perdu 75% de ses couples nicheurs sur cette période. 

Le programme régional vise à protéger la totalité des nichées pour les espèces les plus menacées. 


Comment protéger les nichées ? 


En partenariat avec les agriculteurs, deux mesures de protection sont principalement mises en place par la LPO : le contournement du nid pour les vanneaux huppés et la fauche retardée pour les espèces nichant en prairie. L'association justifie l'appel à financement participatif par les baisse des subventions.  "Les secteurs d'intervention et agriculteurs partenaires ne cessent d'augmenter", alors que notre budget diminue, explique la LPO dans un communiqué. Le coût de sauvetage d'un poussin est estimé à 250 euros.


Comment participer à la campagne ? 

Vous pouvez faire un don sur le site de la plateforme participative Helloasso

Vous pouvez faire un chèque à LPO Franche-Comté  - 7 rue Voirin - 25000 Besançon

1290 euros ont déjà été collectés sur un objectif de 7000 euros.

Sur le même sujet

Mâcon : la crise dure aux urgences de l'hôpital

Les + Lus