Après les attentats de Paris, comment mobiliser les électeurs ?

Aller voter, les Bisontins le feront-ils en masse les 6 et 13 décembre / © France 3 Franche-Comté : David Martin
Aller voter, les Bisontins le feront-ils en masse les 6 et 13 décembre / © France 3 Franche-Comté : David Martin

La campagne officielle des élections régionales ouvre aujourd'hui. Une campagne difficile après l'onde de choc des attaques terroristes. Les électeurs franc-comtois iront-ils voter ? Ce n'est pas si sûr....

Par Sophie Courageot

La campagne officielle pour les élections régionales des 6 et 13 décembre débute ce lundi. 

Dans les rues de Besançon, les électeurs ont manifestement la tête ailleurs

Régionales : comment mobiliser les électeurs ?
Une semaine après les attentats, comment amener les électeurs aux urnes les 6 et 13 décembre prochains ? Un reportage d'Emmanuel Rivallain et Sébastien Poirier.


La campagne reprend en ordre dispersé

A deux semaines du premier tour, les enjeux locaux ont été balayés par l'urgence de renforcer la sécurité et la lutte contre le terrorisme.

Interrompue pendant les attentats, la campagne reprend après une semaine quasiment sans meetings, et des stratégies divergentes pour rattraper le temps perdu.
Etat d'urgence oblige, la sécurité autour des meetings et la crainte de nouveaux attentats pèseront sur la mobilisation des électeurs.

Voter, c'est résister"

l'argument est le même à gauche comme à droite.

Mais l'onde de choc des attentats a modifié le rapport de forces, avec une gauche qui reprend espoir, une droite offensive et un Front national plus que jamais en tête dans les sondages.

A gauche, le PS ne reprendra sa campagne que samedi, au lendemain de l'hommage national aux 130 morts. D'ici là, ni meetings, ni distributions de tracts.


Les Français iront-ils plus voter après les attentats ? 


Pour chaque camp, ces deux semaines de campagne sont essentielles pour mobiliser les électeurs.

Il peut y avoir un sursaut de participation. Que les gens se disent: dans un moment pareil, ce n'est pas très digne de ne pas aller voter"

relève Emmanuel Rivière de TNS-Sofres.

Mais comment débattre de transports scolaires et des compétences des régions dix jours après les attentats les plus meurtriers jamais perpétrés en France? De surcroît avec un matériel de campagne - tracts, affiches - imprimé avant le 13 novembre.





Sur le même sujet

Les + Lus