• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

Bitcoin : le Bourguignon Marc Karpelès condamné à deux ans et demi de prison avec sursis

Mark Karpelès lors d'une conférence de presse au Japon le 11 juillet 2017 / © Quentin TYBERGHIEN / AFP
Mark Karpelès lors d'une conférence de presse au Japon le 11 juillet 2017 / © Quentin TYBERGHIEN / AFP

Mark Karpelès, jeune loup français de l'internet accusé de malversations, a été condamné ce vendredi 15 mars 2019 par le tribunal de Tokyo à deux ans et demi de prison avec sursis. Une peine bien en deçà des réquisitions, au terme d'un jugement qui l'innocente sur plusieurs points.
 

Par Christina Chiron avec AFP

Arrivé au tribunal en costume sombre, ce génie de l'informatique de 33 ans, qui avait clamé son innocence tout au long du procès, a accueilli impassible le verdict, rapidement énoncé.

Il avait, en entrant comme en sortant, le visage peu expressif.

Condamné à 33 mois de prison avec sursis pour manipulation de données informatiques, la peine est finalement très en deçà des dix ans de prison ferme requis par le procureur contre l'ancien "baron" du bitcoin.
 

Acquitté des charges de détournement de fonds


Génie de l'informatique devenu patron de la plus grande Bourse de monnaie virtuelle au monde, le Français Mark Karpelès a vu son ascension stoppée net au Japon, où il vivait depuis 2009.

Le directeur général de la plateforme d'échange de Bitcoin Mt. Gox jusqu'à sa faillite en 2014 comparaissait pour manipulation de données informatiques et abus de confiance aggravé.

En revanche, Mark Karpelès a été acquitté du chef d'accusation de détournement de fonds.
Il était soupçonné d'avoir détourné des fonds commerciaux "dans le but de couvrir des frais personnels, avec manquement aux obligations découlant de sa charge", selon l'acte d'accusation.
  

Interpellé en août 2015   


Les faits reprochés à Mark Karpelès avaient été découverts en marge d'une enquête qui visait à faire la lumière sur la disparition soudaine de centaines de milliers de bitcoins, à l'origine de la faillite de sa société.

En août 2015, après plus d'un an d'enquête, il est interpellé. 

MtGox avait, selon son patron, été victime d'une attaque informatique, ce que des investigations distinctes à l'étranger tendent à confirmer.

Mark Karpelès échappe finalement à de la prison ferme au Japon. Un verdict exceptionnel, dans un système judiciaire où les mis en examen sont condamnés dans 99,97 % des procès.
 

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Une action pour lutter contre le gaspillage alimentaire

Les + Lus

Les + Partagés