• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

Bol d'Or : sous la pluie, ce sera le “der des der” pour Vincent Philippe

Vincent Philippe et sa Suzuki / © Daniel FOURAY - maxPPP
Vincent Philippe et sa Suzuki / © Daniel FOURAY - maxPPP

10 fois champion du monde d'endurance, le motard du Doubs Vincent Philippe dispute ce weekend du 18-20 septembre son dernier Bol d'Or sur le circuit du Castellet dans le Var. 

Par S.C avec AFP

A 41 ans, il est toujours sur les circuits. Le contrat de Vincent Philippe membre de l'écurie Suzuki ERT s'achèvera pourtant en fin de saison. Le motard raccroche et explique être lassé par ces trois dernières années difficiles. "Au sein de l'équipe il y a eu beucoup de changements, les motos me conviennent moins, je prends moins de plaisir à piloter et je ne voulais pas ralentir mon équipe"explique le motard du Trépot. Les essais du Bol d'Or se sont moyennement passés ce vendredi pour l'équipe du SERT. Elle pointe à la 6e place. "La course s'annonce mitigée, compliquée, avec la pluie. Il faudra les bons pneus. Mais on croit toujours en nos chances" explique-t-il. Le niveau est très relevé, l'équipage du SERT est loin d'être grand favori. "Et notre but c'est le championnat" explique Vincent Philippe qui roulera un peu comme chez lui sur ce circuit du Castellet qu'il connaît bien.

Vincent Philippe a tout gagné dans sa carrière. 8 fois vainqueur du Bol d'Or. 10 fois champion du monde d'endurance. Beaucoup de victoires et une déception forcément le 28 juillet dernier à Suzuka, qui l'a privé d'un 11e sacre mondial en raison d'une casse du moteur de la Suzuki numéro 2 à 5 minutes de la fin de course. 
Le Comtois a déjà d'autres projets en tête comme ouvrir un magasin, profiter de sa famille et qui sait faire un rallye Dakar. 


Qui sont les favoris du Bol d'Or 2019 ? 


La 83e édition du Bol d'or lance la saison du championnat du monde d'endurance. C'est la première des deux épreuves de 24 heures inscrites au championnat EWC, avec les 24 Heures Motos sur le circuit Bugatti au Mans le weekend du 18-19 avril 2020. Le championnat compte également les 8 Heures de Sepang (14 décembre), les 8 Heures d'Oschersleben (6 juin) et les 8 Heures de Suzuka (19 juillet).   

Samedi 21 septembre, 56 équipages seront au départ de la course sur le circuit Paul Ricard, long de 5,673 km, par un temps qui s'annonce couvert avec des risques de pluie dimanche.

Sur le circuit varois, l'écurie française SRC Kawazaki y défendra son titre avec son équipage champion du monde composé des Français Erwan Nigon et Jérémy Guarnoni ainsi que l'Espagnol David Checa.
Parmi les principaux concurrents la Suzuki N.2 du SERT, confiée aux Français Vincent Philippe, Etienne Masson et au Britannique Gregg Black. L'emblématique "team manager" du SERT Dominique Méliand ayant pris sa retraite, c'est désormais Damien Saulnier qui préside aux destinées du Suzuki Endurance Racing Team, dont la création remonte à 1980 et qui a pour impressionnant palmarès 16 victoires au Bol d'Or, 10 victoires aux 24 Heures Motos et 15 titres de champion du monde.

Aux essais, la Yamaha N.7 du YART, confiée au Français Loris Baz, à l'Allemand Marvin Fritz et à l'Italien Niccolo Canepa, réalisant le meilleur temps devant la Kawasaki N.1 du SRC et la machine N.5 du TSR Honda France, pilotée par les Français Freddy Foray et Mike di Meglio épaulés par l'Australien Josh Hook, vainqueurs l'an dernier.

A noter également la présence d'une nouvelle équipe officielle dans le championnat : le BMW Motorrad World Endurance Team, elle a réalisé le 4e temps des essais qualificatifs.

 

Sur le même sujet

Château du Clos de Vougeot : l'hologramme d'un moine cellerier

Les + Lus