Bourgogne-Franche-Comté : le logement solidaire, ça marche à tous les âges !

© Pixabay
© Pixabay

Personnes âgées, étudiants, personnes fragiles, familles vivant dans des habitats collectifs partagés... L'habitat solidaire peut concerner chacun d'entre nous, quelles que soient nos tranches d'âges. Plusieurs exemples existent en Bourgogne-Franche-Comté.

Par Fatima Larbi

Les logements, et plus exactement les modes d’habitation, existent sous des formes de plus en plus variées.
Et en la matière, l’imagination et les actions ne manquent pas.  

Dans la catégorie logements solidaires, il n’y a pas que les "coloc" de jeunes étudiants comme celle de "L’auberge espagnole", le film de Cédric Klapisch.
Jeunes et moins jeunes, toutes les tranches d’âges peuvent être concernées, et il y a mille et une façons de se loger solidaire.

Dans l’émission Ensemble c’est mieux du lundi 25 mars 2019, notre chroniqueur, Jérémie Demay nous fait découvrir différents exemples de logements s’appuyant sur la solidarité.

Une pratique avantageuse pour chacun, quel que soit l’âge.
 
Chronique solidaire : Ensemble c'est mieux !
 

► Quand des particuliers proposent des logements solidaires à des personnes âgées


Comment faire face au vieillissement de la population et à la dépendance ? Cette question est au cœur des préoccupations de nos sociétés occidentales.

A Dampierre, dans le Jura, une famille essaie à sa façon de répondre à cette question. Nadia et Laurent Lahaxe accueillent chez eux des personnes âgées. Une tradition familiale car la grand-mère de Laurent le faisait déjà.
Cette prise en charge est encadrée par le conseil départemental et présente des garanties. Pour pouvoir accueillir des personnes âgées, Laurent et Nadia ont dû adapter leur maison en l’équipant de lits médicalisés, de sanitaires adéquats... Ils ont tout organisé pour que les personnes âgées soient en sécurité dans leur logement et pouvoir être aux petits soins pour elles.

Actuellement ils accueillent trois "mamies", comme ils les appellent : Paulette, Marie-Ange et Gilberte. Dans la famille Lahaxe, les personnes âgées ne passent pas leurs journées à attendre que le temps passe. Le couple qui les reçoit leur propose de nombreuses activités : jeux de société, faire les courses, jardinage… Bref , une véritable vie de famille où elles n’ont pas le temps de s’ennuyer !
Nadia et laurent proposent de nombreuses activités à leurs pensionnaires / © Nadia et laurent Lahaxe
Nadia et laurent proposent de nombreuses activités à leurs pensionnaires / © Nadia et laurent Lahaxe
Bien sûr ce service est payant et représente pour certaines familles une alternative au placement en Ehpad (Établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes).
 

► Quand des personnes âgées ou des résidences pour seniors accueillent des étudiants


D’autre fois, ce sont des personnes âgées qui partagent leur logement avec les plus jeunes.

 Alors qu’au début du vingtième siècle plusieurs générations vivaient sous le même toit, aujourd’hui ce n’est plus le cas. Les familles sont plus petites, les jeunes et les moins jeunes ont donc moins l’occasion de se croiser. Pour y remédier, de nombreuses initiatives ont vu le jour ces dernières années. Elles permettent aux jeunes de se loger à moindre coût et aux personnes âgées de rester en contact avec la jeunesse.
© France 3 Bourgogne
© France 3 Bourgogne
• Pour lutter contre l’isolement et la solitude, certaines personnes âgées hébergent chez elles des étudiants contre un loyer modique. Au-delà de leur présence, les jeunes peuvent aussi rendre des petits services : changer une ampoule, porter les courses… Des petits gestes qui créent aussi des liens, car la simple motivation financière ne suffit pas pour bien vivre les contraintes de la "colocation intergénérationnelle".

• Parfois, ce sont des résidences pour seniors qui proposent un logement gratuit aux étudiants. En contrepartie, ils doivent consacrer un peu de temps aux personnes âgées.
A Besançon, la résidence pour seniors "Art du Temps" a inauguré la formule en 2018.
 

► Quand des familles choisissent un habitat partagé


Pour les familles et les citoyens, la part du budget consacré au logement est souvent une lourde charge qui ne cesse d’augmenter. Elle est d’autant plus importante que leur niveau de vie est faible.
Pour pouvoir y faire face, certains ont recours à des habitats collectifs partagés. Ce ne sont pas des colocations car chacun a son chez soi, par contre les habitants partagent des espaces de vie ou de l’électroménager ou un jardin…plusieurs combinaisons sont possibles.
© Moulin du Greux
© Moulin du Greux
C’est le cas à Urzy, dans la Nièvre, dans le Moulin du Greux, là où autrefois se fabriquaient des clous pour la marine royale.
Aujourd’hui, trois familles s’y sont installées en se  regroupant en SICA (société immobilière avec des attributions). Cet habitat collectif partagé leur permet d’accéder à un logement à moindre frais. En plus d'un toit sur la tête, ils disposent aussi d’un terrain de 6 hectares.
Ses habitants l’appellent "l'écovillage du partage". Pour eux l'utopie n'est pas faite pour rêver mais pour avancer !
Une solution qui est intéressante pour la commune, car cela évite à un bâtiment historique de tomber en ruine.
Que des avantages !
 

► Qand des agences immobilières accompagnent les plus fragiles


Trouver un logement n'est pas toujours évident quand on a une situation financière précaire. Pour aider tout le monde à trouver un toit, des agences immobilières à vocation sociale ont été créées. C'est le cas notamment d'ISBA, installée à Chalon-sur-Saône, une émanation de l’association Habitat et humanisme qui lutte contre l'exclusion.

Ce qui distingue ISBA d’une agence immobilière classique c'est qu’elle propose à ses clients des petits loyers. Elle pratique aussi une gestion adaptée à son public qu’elle suit pendant toute la durée du bail.
Quant aux propriétaires qui acceptent de jouer le jeu, ils peuvent bénéficier d’avantages fiscaux et ont la garantie de ne pas subir d’impayés, tout en participant à une action solidaire.
 
Habitat et Humanisme : ISBA, une agence immobilière à vocation sociale




 

A lire aussi

Sur le même sujet

Un vrai faux Comté qui sème le doute

Les + Lus