CARTE ACTUALISÉE. Pénurie de carburant : 106 stations en rupture totale ce dimanche en Bourgogne, découvrez où trouver de l'essence et du gazole

Quelles sont les stations d'essence en rupture totale de carburant ? Quels sont les prix pratiqués par les établissements qui ont de l'essence à disposition ? On fait le point en Côte-d'Or, dans la Nièvre, l'Yonne et en Saône-et-Loire avec notre carte interactive.

C'est la quête du moment : trouver de l'essence. Depuis près de deux semaines, remplir son réservoir relève de l'aventure, un tiers des stations-services étant en rupture totale ou partielle de carburant. 

Une crise provoquée par la grève des salariés de TotalEnergies et D'ExxonMobil qui bloquent les principales raffineries du pays. À cela s'ajoute la peur des conducteurs qui se ruent à la pompe pour éviter tout risque de panne sèche. 

Le point sur la situation en Bourgogne

Avec la carte ci-dessous, vous pourrez découvrir la situation dans chaque station de la région sans à vous lancer dans un périple à la Indiana Jones. 

Les cercles rouges indiquent les stations qui ne disposent ni de gazole, ni d'essence. Sinon, il est indiqué le type de carburant disponible. Il vous suffit de cliquer sur la station qui vous intéressent pour avoir accès à toutes les informations et savoir les prix pratiqués. Les données sont mises à jour toutes les demi-heures, mais elles peuvent tout de même différer de la situation en temps réel.

Cette carte a été élaborée à partir des informations transmises par le gouvernement sur le site prix-carburants.gouv.fr.

Vous pouvez recharger la page sur la carte ne s'affiche pas correctement.

Ce samedi, 106 stations sont toujours en rupture totale de carburant en Bourgogne. Une situation qui se stabilise puisque samedi, 105 étaient à cours d'essence ou de gazole.

La Côte-d'Or est le département le plus impacté par la pénurie avec 32 stations hors-service. Viennent ensuite l'Yonne (29), la Nièvre (23) et la Saône-et-Loire (22). La situation s'améliore dans tous les départements.

Pour aller plus loin

Pour aller plus loin, vous pouvez également accéder aux données du site collaboratif penurie.mon-essence.fr qui propose également une carte évolutive en fonction de la situation en temps réel.

► À LIRE AUSSI : CARTE. Pénurie de carburant : découvre où se fournir en essence en Côte-d'Or

► À LIRE AUSSI : CARTE. Pénurie de carburant : découvre où se fournir en essence en Saône-et-Loire

► À LIRE AUSSI : CARTE. Pénurie de carburant : découvre où se fournir en essence dans la Nièvre

► À LIRE AUSSI : CARTE. Pénurie de carburant : découvre où se fournir en essence dans l'Yonne

Les mesures prises par les préfectures

Face à la situation, les préfectures des quatre départements de Bourgogne ont pris des mesures.

  • Interdiction des jerrycans

Les stations services doivent prendre les dispositions nécessaires pour faire respecter cette interdiction et d'informer les usagers au niveau des pompes. Toute infraction sera "constatée et poursuivie conformément aux lois et règlements en vigueur". Il existe une exception, comme le précise la préfecture de Saône-et-Loire : "Ces dispositions ne s'appliquent pas aux professionnels dont l'activité nécessite l'utilisation d'outils pouvant être rechargés que par des récipients transportables et lorsque ce remplissage est dûment justifiés" Dans l'Yonne, cet arrêté est valable jusqu'au 19 octobre 2022. En Saône-et-Loire, l'interdiction court jusqu'au dimanche 23 octobre 2022. Du côté de la Nièvre, la mesure prendra fin le 21 octobre 2022.

  • Mise en place des files prioritaires

Il faut présenter un justificatif professionnel pour y accéder. La mesure est prise pour assurer la "continuité des missions d'intérêt général". La préfecture de l'Yonne précise alors les professions concernées : 

- les forces de sécurité intérieure et de secours ;
- les agents soignants des établissements hospitaliers publics et privés ;
- les médecins et infirmiers libéraux ;
- les ambulanciers et taxis conventionnés pour le transport de malades ;
- la collecte/transport de sang, d’organes, de médicaments, d’oxygène et les services de dialyse ;
- les services de soins à domicile (départementaux, intercommunaux et municipaux) ;
- les pompes funèbres et soins des défunts ;
- les véhicules liés aux interventions d’urgence (ENEDIS, GRDF, RTE, GRTGAZ) ;
- les techniciens vétérinaires des services de l’État. 

En Saône-et-Loire, dix stations ont mis en place ces dispositions :

- CARREFOUR Express à Couches, 71 rue Saint Nicolas
- Centre LECLERC au Breuil, 2 avenue de Chambreuil
- Intermarché au Creusot, Rue Albert Camus
- LECLERC à Lux, 27 rue Charles Dumoulin
- ADEXPERT à Buxy, 1 rue des Cordeliers
- TOTAL à Saint-Rémy, 52 route de Lyon
- AVIA à Cluny, Rue de la Digue
- CARREFOUR à Crèches-sur-Saône, ZAC des Bouchardes
- AUCHAN à Mâcon, 224 Av. Charles de Gaulle (matin uniquement)
- Les combustibles71 à La Clayette 28 route des forges

Dans l'Yonne, la liste des stations avec priorisation a été transmise directement aux personnes concernées.

Où en est-on du mouvement social ?

"On va mettre le paquet dans les régions où c'est le plus dur", affirmait lundi 17 octobre sur France Inter Clément Beaune. "C'est aujourd'hui encore la galère" a précisé le ministre délégué aux Transports. "Il y a des régions, tant mieux, où ça s'est déjà amélioré, je pense aux Hauts-de-France. Il y a des régions où ça s'est dégradé y compris ce week-end, je pense au centre de la France en particulier".

Ainsi, "le retour à la normale mettra du temps (...), pas avant la semaine d'après", c’est-à-dire pas avant la semaine prochaine, a reconnu Clément Beaune. Pour le ministre, "la seule sortie concrète, c'est la sortie de la grève, c'est la seule chose qui fait qu'on revient dans une sortie normale."

À noter que des nouvelles réquisitions ont eu lieu en début de semaine, dans les dépôts de Dunkerque et Feyzin. Ces nouvelles mesures doivent permettre de réapprovisionner notamment la Bourgogne-Franche-Comté, mais aussi les Hauts-de-France et l'Auvergne-Rhône-Alpes.

Vendredi dernier, un accord majoritaire pour augmenter les salaires a été conclu entre la direction de TotalEnergies et deux syndicats (CFE-CGC et CFDT). Mais les grévistes ont voté la poursuite du mouvement dans les 5 sites concernés. La CGT, qui présente les négociations comme une   "mascarade", réclame une revalorisation de 10 %.

Du côté d'ExxonMobil, la grève a été levée sur les deux raffineries du groupe. Mais un retour à la normale n'est pas prévue avant deux à trois semaines. "Les productions des deux sites n'auront pas retrouvé leur niveau optimal", précise le groupe dans un communiqué.