Coronavirus Covid-19 : maintenir ou non le 2e tour des municipales ? Les politiques partagés sur un report

Après un 1er tour marqué par une abstention record ce dimanche 15 mars, faut-il organiser le second tour des élections municipales dimanche prochain ? Alors que le stade 3 de l'épidémie de Coronavirus Covid-19 a été annoncé, en Bourgogne, la plupart des élus sont partagés.
A Dijon, François Rebsamen devra attendre le second tour pour savoir s’il conserve les clés de la ville. Mais celui-ci aura-t-il bien lieu dimanche 22 mars ? Le stade 3 de l’épidémie de Coronavirus Covid-19 a été décrété la veille du premier tour et les rumeurs sur une annonce de confinement du pays se multiplient.

Les principaux responsables de partis doivent rapidement rencontrer Emmanuel Macron pour savoir « s’il est raisonnable ou pas de maintenir un second tour, et quand » estime Stéphanie Modde.  "Si l’urgence absolue est de contenir cette pandémie pour que les personnels soignants puissent continuer de soigner dans des conditions acceptables la population, oui, il faudra arrêter cette élection", explique la candidate EELV arrivé en troisième place du 1er tour à Dijon. "Mais cela ne dépend pas de nous au niveau local. Il faut une décision forte et rapide."

Un report du second tour qui n'enchante pas tout le monde


Autre candidat qualifié pour un second tour qui s'annonce difficile à Dijon, Emmanuel Bichot est partagé. « Je m’interroge comme beaucoup sur le réalisme de l’organisation d’un 2e tour dans une semaine, compte tenu de l’évolution de la crise sanitaire. Il y a une très grosse hypothèque sur ce sujet. Il faut se tenir prêts à toutes les hypothèses. »

Car avec l’annulation d’un second tour, c’est la validité du 1er qui est en cause selon certains constitutionnalistes. Et après une première campagne difficile, tous les candidats n’ont pas forcément envie de renouveler l'expérience dans quelques mois.

   

"Reporter le deuxième tour de quelques mois ne me semble pas quelque chose d’absurde." - François Rebsamen


Le favori, François Rebsamen (PS), préfère faire confiance aux autorités sanitaires. « Je fais confiance au comité scientifique qui conseille le président de la République pour prendre une décision adaptée, explique le maire sortant, qui n'entend pas mettre de coté son score du 1er tour. Je n’imagine pas annuler des élections, mais je pense que reporter le 2e tour de quelques mois ne me semble pas quelque chose d’absurde. »

« Si on considère qu’il n’y a pas d’autres solutions que le confinement, il n’est pas raisonnable d’envisager de convoquer les électeurs pour un deuxième tour, ajoute son collègue socialiste, le sénateur de Saône-et-Loire, Jérôme Durain. Il faut que la décision intervienne vite pour que l’on puisse s’organiser. »

« On peut se poser légitiment la question de savoir si l’on pourra aller voter la semaine prochaine » - Marie-Louise Fort


« J’espère que ce second tour aura lieu » souffle de son coté Marie-Louise Fort. Candidate à sa succession à la mairie de Sens, devra passer par une quadrangulaire au deuxième tour. Elle s’interroge. « On peut se poser légitiment la question de savoir si l’on pourra aller voter la semaine prochaine »

Les Républicains regrettent le maintien du premier tour, après l'avoir demandé


Le président de la fédération départementale des Républicains, François Xavier Dugour est plus sévère. « L’exercice démocratique s’est déroulé dans des conditions particulières. La communication nationale a posé problème. Hier soir, il fallait annuler les élections. La situation est gravissime. Il y a eu une incohérence. »

Jeudi, ce sont pourtant les grands élus Les Républicains qui ont pesé de tout leur poids pour le maintien des élections. « Si vous reportez les élections municipales, alors je dirai publiquement que je suis totalement opposé à ce report » avait par exemple expliqué Gérard Larcher, président du Sénat reçu par Emmanuel Macron.  

François Sauvadet pour le maintien du processus électoral 

Paradoxe, alors que François Xavier Dugourd, son vice-président au conseil départemental de Côte d'Or regrette que le 1er tour ait eu lieu, François Sauvadet, président du département ne semble pas sur la même ligne. "Le processus électoral doit aller à son terme"  demande F. Sauvadet.
 

"Pas une voix ne s’est élevée, avec les éléments de l’époque pour demander le report de ces élections." - Olivier Louvet


« Nous faisons face à une situation extrêmement évolutive » estime de son coté Olivier Louvet, secrétaire départemental LREM 21. « Les responsables de partis ont été consultés jeudi pour la dernière fois. Pas une voix ne s’est élevée, avec les éléments de l’époque pour demander le report de ces élections. »

Lui-même candidat au Havre, le Premier Ministre Edourad Philippe a annoncé dans la soirée qu’experts scientifiques et représentants des principaux courants politiques seraient consultés « en début de semaine » sur la tenue ou non du second tour des municipales. Il a dit esperer obtenir un « consensus républicain » sur le sujet.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
élections municipales 2020 politique élections covid-19 santé société