Saône-et-Loire : fermeture de 25 lits au centre hospitalier spécialisé de Sevrey

Publié le
Écrit par Alexandre Baudrand avec Claire Lebret
25 lits d'une unité de psychiatrie générale du CHS de Sevrey en Saône-et-Loire vont fermer pour une durée indéterminée.
25 lits d'une unité de psychiatrie générale du CHS de Sevrey en Saône-et-Loire vont fermer pour une durée indéterminée. © Anthony Borlot, France Télévisions

L’établissement de santé va fermer une unité de psychiatrie générale, soit une suppression de 25 lits. Une fermeture d’une durée indéterminée très mal accueillie par les syndicats, en pleine crise sanitaire.

La tension provoquée par la crise sanitaire s'accentue toujours plus sur les hôpitaux. Le centre hospitalier spécialisé de Sevrey est lui aussi touché. Une unité de psychiatrie générale va être fermée pour une durée indéterminée. 

C'est en raison du manque de personnel soignant que la décision a été prise. 

Une situation inédite”, décrivent les syndicats CGT Santé et Action sociale, FO Santé CHS Sevrey et la CFDT Santé sociaux, dans un communiqué commun. “Les soignants manquent et la direction ferme une unité de 25 lits, jusqu’à ce que l’hôpital ait « retrouvé une stabilité médicale et une diminution significative de l’absentéisme soignant ainsi que des recrutements sur des postes non pourvus”, ajoutent les syndicats.

Les patients pénalisés

L’accueil  des patients est déjà actuellement compliqué selon les syndicats. “En temps normal, il est déjà difficile d’accueillir les malades rapidement. Avec 25 lits fermés, les délais d’admission des personnes qui ont besoin de soins psychiatriques vont exploser”, détaillent-ils.

65 soignants manquent à l’appel

C'est l’absentéisme qui a amené la direction de l’établissement de soins à fermer une unité, explique-t-elle. “Nous faisons face à un absentéisme important donc aujourd’hui il nous manque 65 professionnels de santé ce qui nous amène à fermer un service de 25 lits, le service Lavande, pour avoir des marges de manœuvre pour déployer le personnel sur l’ensemble de l’établissement”, détaille Isabelle Tabyaoui, directrice adjointe en charge des finances au CHS de Sevrey.

 “Des difficultés à remplacer les départs en retraite”

Un absentéisme expliqué par la direction. “Cet absentéisme est provoqué par la situation épidémique  avec un absentéisme en lien avec le Covid et d'autres pathologies ordinaires mais aussi le non respect de la vaccination pour certains professionnels de santé. 6 de nos agents sont aujourd’hui suspendus, à quoi s'ajoutent les départs en retraite et les difficultés à remplacer ces départs”, ajoute Isabelle Tabyaoui.

Un manque de personnel qui a aussi d'autres raisons selon les organisations syndicales de l’établissement de soin. “Absence d’écoute par les pouvoirs publics à propos des nombreuses revendications sur les salaires, la précarité, les évolutions de carrière, les suppressions de moyens et les conditions de travail en dégradation constante dans nos établissements hospitaliers, sans compter l’augmentation du travail administratif au détriment du soin”, expliquent-elles.

Des recours à l’ambulatoire

Les malades qui ont recours à la psychiatrie générale seront accueillis si possible en ambulatoire et si cela est possible maintenus à domicile. “On va travailler pour intensifier les prises en charge en ambulatoire pour éviter les recours à l’hospitalisation. Toutefois si elle est nécessaire elle restera bien évidemment possible. En parallèle nous avons, depuis un an, un dispositif qui s’appelle Upsidom (unité psychiatrique de soins à domicile, ndlr) qui est basée aux urgences de Chalon et après examen avec un psychiatre les personnes peuvent retourner à domicile et être prises en charge par nos équipes d’infirmiers sur le moyen terme”, ajoute Isabelle Tabyaoui.

Le service sera fermé d’ici une semaine environ. Il compte aujourd’hui encore neuf patients hospitalisés. Le retour à la normale est espéré “au plus vite” par la direction. 

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.