Brazey-en-Plaine : plus de livres, jouets, vêtements en vente au supermarché de proximité... "Tout le monde y perd"

Au supermarché de Brazey-en-Plaine, comme partout en France, il n'est plus possible d'acheter des chocolats de Noël, des jouets, des sous-vêtements ou de livres depuis mardi 3 novembre. En milieu rural, cela revient à retirer des produits que les clients ne trouvent pas à des kilomètres à la ronde.
« Nos clients ne peuvent pas se déplacer et ils ne commanderont pas forcément sur internet. A ma connaissance, on ne peut pas acheter de sous-vêtements à des kilomètres par exemple. Tout le monde y perd, nous comme eux. », raconte Sylvain Dutartre, responsable du petit supermarché de Brazey-en-Plaine, en Côte-d’Or. Depuis ce mardi 3 novembre, son magasin ne peut plus vendre des produits dits non essentiels. Des bâches occultent les livres, les vêtements, les sous-vêtements, les chocolats de Noël et autres fonds de teint ou colorations.

 



Cette décision intervient dans un esprit d'équité envers les petits commerces qui ont été contraints de baisser le rideau depuis le début de ce deuxième confinement. Or, les supermarchés dits de proximité, en milieu rural, sont parfois la seule échoppe où les habitants peuvent trouver ce genre de produits. « Pendant le confinement, j'ai été embêtée. Quand il s'est remis à faire beau, je n'avais pas de shorts pour mes enfants. C'était pratique de pouvoir se dépanner au supermarché. », se souvient une cliente de cette enseigne.

 

« C'est aussi un coup dur pour les petits supermarchés comme le nôtre. »

Gille Delepeau, maire de Brazey-en-Plaine



Gilles Delepau, le maire (DVD) de Brazey-en-Plaine, ne dit pas autre chose. « On est très inquiets pour les petits commerces parce qu'on peut se demander s'ils parviendront à rouvrir. Mais c'est aussi un coup dur pour les petits supermarchés comme le nôtre. Tous les produits sont importants pour trouver une marge et pouvoir fonctionner. Lors du premier confinement, ici, ils ont tout fait pour continuer à apporter du service. Ils ont toujours été ouverts, présents. », estime l'édile.

Sylvain Dutartre, le responsable de supermarché, s'inquiète déjà du manque à gagner sur les jouets, les calendriers de l'Avent et les chocolats de Noël. « On a du stock. Il y aura un gros impact sur ces produits saisonniers. »


Le reportage de S. Bouilot et C. Gaillard avec :
Brazey-en-Plaine : plus de livres, jouets, vêtements en vente au supermarché de proximité
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
économie confinement société coronavirus/covid-19