Camping-cars : razzia sur l'occasion et pénurie sur les véhicules neufs, les vacances en liberté plus prisées que jamais

Publié le Mis à jour le
Écrit par Sophie Courageot avec AFP

La crise sanitaire du Covid-19 a eu des effets inattendus sur ce secteur de l’automobile de loisirs, ses ventes et son marché. On vous explique pourquoi.

À Vaivre-et-Montoille en Haute-Saône, il n’y a qu’à jeter un œil sur le parking de vendeur pour se rendre compte du problème. Les campings cars d’occasion se font rares. “On expose ici en permanence entre 80 et 100 véhicules, neufs et d’occasion. Aujourd’hui, notre parc est rempli au cinquième” explique Christophe Jeanniot, responsable commercial "Jeanniot Loisirs". La Covid-19 en est la cause. “Le parking beaucoup moins rempli que d’habitude. C'est lié à la pénurie de matières premières pour les constructeurs. Ils manquent de pièces plastiques, de composants électroniques... Au printemps 2020, les usines sont restées fermées entre quatre et huit semaines. On est en train d’accuser le coup de ces périodes de non production” ajoute Christophe Jeanniot. Et les gens, faute de neuf se sont retournés vers le marché de l’occasion.


Une hausse des ventes fulgurantes en 2020


En Europe, les fourgons aménagés, ou vans, ont enregistré un record historique en 2020 avec 234.000 exemplaires vendus (+12% sur un an), selon la Fédération européenne du caravaning. Les ventes de camping-cars ont également explosé (160.000 exemplaires, +21%). Chez ce concessionnaire de Haute-Saône, les ventes ont augmenté de 18% par rapport à l’année 2019, année “normale” pré-pandémie.

Pour ce concessionnaire, 2020 et 2021 sont des années difficiles à travailler, sans visibilité sur les réceptions de nouveaux véhicules. “On travaille à vue. Un mois on travaille, un autre pas” confie Christophe Jeanniot.

Une année normale, explique-t-il 23 à 24.000 camping-cars neufs sont immatriculés en France. 47.000 pour les véhicules d’occasion.
 

Une bulle sanitaire pour les camping-caristes


Pour Christophe Jeanniot, l’engouement pour le camping-car a plusieurs raisons. “Les gens se retournent sur le camping-car, car ils n’ont pas de visibilité sur leurs vacances” dit-il. Prendre l’avion ? Pour aller où ? Frontières de certains pays européens encore fermées, le camping-car rassure les seniors qui y trouvent une bulle sanitaire. Les jeunes surfent sur les vacances en mode liberté. Avec un budget consistant à prévoir, 50.000 euros pour acheter un véhicule neuf.


La” van life”, camping-car attitude ont fait des adeptes depuis la pandémie


Bernard Droz-Batholet, jeune retraité s’est acheté un camping-car au moment de son départ à la retraite. Et il ne regrette pas son investissement. Le second confinement, il l’a passé dans le Sud de la France, le troisième au Pays Basque où de nombreux camping-caristes se sont retrouvés faute de pouvoir partir au printemps vers l’Espagne ou le Portugal. “Le matin, on ouvre la porte et on n’a jamais le même paysage” savoure Bernard Droz-Batholet. “Cet été, je n’irai pas me mettre là où il y a foule, la nature est tellement belle, on peut trouver des endroits” ajoute le retraité.

Jessica Kadri, fait partie des couples qui vivent leurs vacances en camping-car depuis quatre ans. La pandémie a renforcé leur goût pour ce type de vacances en liberté. “On va où on veut, on visite la France, cet été ce sera 15 jours en Dordogne…. On est clairement privilégiés, on se met dans des coins isolés, on peut vivre sans masques” explique la jeune femme.

 

Un marché du camping-car perturbé dans le monde entier


Dans l'usine française du groupe Pilote, près d'Angers, les clients ont passé commandes. "On est dans l'excitation totale, on a beaucoup de demande, beaucoup de clients qui veulent des véhicules avant l'été", explique Antoine Gueret, porte-parole du groupe. "Le marché du camping-car se développe régulièrement depuis de longues années mais le coronavirus a accéléré cette croissance".

Dans les concessions, les délais de livraison s'allongent. Aux Etats-Unis, les carnets de commandes pour les luxueuses caravanes en aluminium d'Airstream sont pleins jusqu'en 2022. "La demande a dépassé, et de loin, nos prévisions", témoigne Bob Wheeler, le PDG d'Airstream. "Plus de 90% de tout ce que nous envoyons à nos concessionnaires est déjà vendu".