Canicule et Covid-19 : le brumisateur est votre meilleur ami, mais méfiez-vous des ventilateurs

Un épisode de canicule va s'abattre sur la Franche-Comté à partir de vendredi 7 août avec des températures qui vont dépasser les 35 degrés. Mais en temps de Covid-19, attention à ne pas transmettre le virus avec vos appareils de rafraîchissement. 

© Marc André/MAXPPP
Les habitants de Franche-Comté ont déjà vécu des vagues de chaleur éprouvantes, comme les deux épisodes de l'été 2019, mais une canicule en période de pandémie jamais ! C'est pourtant la situation qui se présente avec la canicule prévue par Météo France pour la région à partir de ce vendredi 7 août et la circulation toujours active du Covid-19 en France. 

Dans une note publiée le 23 juillet, l'institut Santé publique France alerte donc sur les bonnes méthodes à suivre pour se rafraîchir sans risque d'accélérer la transmission du virus. On y apprend que les climatiseurs ne sont pas déconseillés à la condition qu'ils soient équipés de filtres performants et correctement entretenus. "Ils permettent alors d’obtenir un air « filtré » qui fait baisser significativement la charge virale de la pièce si une ou plusieurs personnes infectées sont dans la pièce", affirme Santé publique France qui se base sur de nombreuses études scientifiques. 
 


L'usage du brumisateur assainit l'air 

En revanche, l'utilisation d'un ventilateur dans une pièce en présence de plusieurs personnes est à éviter. Si certaines personnes sont contagieuses, le ventilateur "rend la charge virale homogène dans la pièce (...) En créant un mouvement d’air important, l’appareil va projeter les gouttelettes respiratoires émises par les personnes à distance dans la pièce et rendre inopérante la distance de sécurité entre les personnes", avertit en effet Santé publique France. Il n'y a pas de contre-indication à allumer un ventilateur utilisé par une personne seule dans une pièce.

Isabelle Bonmarin, responsable d’unité à la Direction de la prévention et de la promotion de la Santé à Santé publique France, résume la problématique de manière limpide. "À chaque fois qu'il va y avoir un flux d'air, les postillons peuvent être transmis plus loin. On sait qu'il y a une personne sur deux infectée par le Covid qui est asymptomatique, donc on ne peut pas ne pas donner de recommandations sur les climatiseurs. Quand on est tout seul, on fait ce qu'on veut, mais quand il y a plusieurs personnes dans une pièce on évite de créer un flux d'air", nous dit-elle. 
 

"Puisque c'est encore plus difficile de respirer avec un masque sur la tronche toute la journée au boulot, un gros ventilateur est plus que bienvenu en ces périodes de canicule..."

Fanny, une habitante de Franche-Comté


Plus surprenant, le brumisateur est un précieux allié à la fois pour se rafraîchir... mais aussi pour diminuer la charge virale environnante. L'humidité dégagée par un brumisateur va en effet débarrasser indirectement l’air de petites particules se fixant aux gouttelettes du brouillard. Les particules dans lesquelles peut être présent le coronavirus ont tendance à se fixer à ce brouillard et vont tomber au sol assainissant l’air. "À l’extérieur et dans des espaces de grand volume, il y aura une dilution des gouttelettes respiratoires émises par les personnes lors de la parole, de la toux et des éternuements. Le risque de contamination par le SARS-CoV-2 est donc peu probable", analyse Santé publique France. 


Des usagers pas vraiment informés

Certains Franc-comtois ne semblent pas vraiment au courant de ces préconisations concernant les appareils de climatisation. "Les questions actuellement vont plus se tourner sur la canicule pure. Ce qu'on remarque c'est que les gens traitent un sujet après l'autre mais ne vont pas cumuler canicule et Covid dans leurs interrogations sur les climatiseurs", témoigne Alexandre Tison, directeur adjoint commercial du magasin Electro-dépôt de Miserey Salines dans le Doubs. 

Plutôt climatisateur, ventilateur ou brumisateur ... Comment les Comtois font-ils pour se rafraîchir ? Nous avons posé la question à nos lecteurs sur Facebook. Si certains comme Nadine choisissent de continuer comme avant pour faire face à la chaleur, d'autres se sont tout de même adaptés à l'épidémie. C'est le cas de Nicole, qui déclare utiliser son ventilateur "uniquement en route, au domicile et seulement si [elle n'a] pas d'invités". D'autres comme Fanny racontent les difficultés posées par les gestes barrière lorsque les températures sont élevées : "Puisque c'est encore plus difficile de respirer avec un masque sur la tronche toute la journée au boulot, un gros ventilateur est plus que bienvenu en ces périodes de canicule...". Pas facile de vivre la canicule en temps d'épidémie. 
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société canicule météo