CARTE. La Bourgogne-Franche-Comté est la seule région à perdre des habitants

Illustration. / © Pixabay
Illustration. / © Pixabay

Selon les chiffres publiés par l'INSEE ce lundi 30 décembre, la Bourgogne-Franche-Comté est la seule région métropolitaine à perdre des habitants entre 2012 et 2017. Le détail commune par commune.

Par Matti Faye

La région Bourgogne-Franche-Comté compte au 1er janvier 2017 précisément 2 811 423 habitants, selon les données du recensement publiées ce lundi 30 décembre par l'INSEE.

En cinq ans, la région perd près de 5 400 habitants. Un repli mesuré mais notre région est la seule de métropole à perdre des habitants. "La baisse reste modeste mais elle devrait s’accentuer dans les années à venir. Cette évolution démographique est portée par un solde naturel faible sur cinq ans, les naissances l’emportant encore sur les décès jusqu’en 2015. Le solde migratoire reste légèrement déficitaire", note l'INSEE dans son étude.

La situation diffère évidemment selon les départements. La Nièvre est le département qui perd le plus d'habitants. C'est même le département de métropole le plus durement touché, devant la Haute-Marne et les Ardennes.

Mais la tendance est aussi à la baisse dans cinq autres départements de la région : Jura, Saône-et-Loire, Yonne, Haute-Saône et Territoire de Belfort. Seuls la Côte-d'Or et le Doubs gagnent des habitants sur cinq ans.

En bleu, les départements qui perdent des habitants, en rouge ceux qui en gagnent. Survolez la carte pour voir les chiffres détaillés. 
Consulter la carte en plein écran
 

Les chiffres dans votre commune

Vous pouvez chercher le nom de votre commune avec la loupe en haut à gauche.
En bleu, les communes qui perdent des habitants, en rouge celles qui en gagnent. Survolez la carte pour voir les chiffres détaillés. 
Consulter la carte en plein écran

Parmi les plus grandes villes de la région, Besançon voit son nombre d'habitants très légèrement diminuer (-0,1 %) quand celui de Dijon augmente de 0,6 % en cinq ans. La chute est plus sévère pour Nevers et Belfort, respectivement -1,4 % et -1 %.

"Situées aux franges de la région, Sens et Mâcon profitent du dynamisme des régions limitrophes, respectivement l’Île-de-France et Auvergne-Rhône-Alpes : leur population augmente sensiblement", détaille l'INSEE. Sens gagne 829 habitants, Mâcon : 721.
 

Pourquoi les chiffres datent-ils de 2017 ?

Les populations légales, calculées par l'INSEE, sont établies à partir des informations collectées lors du recensement. Mais toutes les communes ne sont pas recensées en même temps. Celles publiées ce lundi 30 décembre sont issues d'enquêtes menées entre 2015 et 2019.

"Pour assurer une égalité de traitement entre communes et pour garantir la qualité des données de population sur des zonages géographiques plus larges (départements, régions), ces chiffres sont relatifs à une même année pour toutes les communes", précise l'INSEE. 2017, donc.

Sur le même sujet

Les + Lus