Champignelles : Le centre d'application de l'école vétérinaire d'Alfort est menacé de fermeture

C'est une annonce à laquelle personne ne s'attendait. A Champignelles, dans l'Yonne, ce centre de formation des élèves vétérinaires qui se destinent à exercer en milieu rural, fait partie intégrante du paysage économique et professionnel. Impossible d'imaginer sa fermeture. 
© France 3 Bourgogne
Certes, il y avait depuis quelques années des éléments qui laissaient planer une ombre sur l'avenir de l'annexe de l'École Nationale Vétérinaire d'Alfort. Implanté depuis 1975 en Puisaye, dans l'Yonne, le centre d'application de Champignelles s'inscrit dans une logique naturelle de développement de ce territoire voué traditionnellement à l'élevage. 

Mais déjà en 2013, au Sénat, Pierre Bordier avait soulevé la question en ces termes :  "L'ENVA est en déficit budgétaire et cherche des solutions pour redresser ses comptes, depuis 2005...  Champignelles subit des alourdissements procéduraux dans la réalisation de ses projets, laissant planer un doute sur d'éventuelles intentions sacrificielles sur son avenir, à défaut de trouver d'autres solutions pour sauver l'ENVA de la faillite." 

Dans sa réponse, le ministre délégué auprès du ministre de l'agriculture, Guillaume Garot avait été clair. Après avoir fait des éloges sur la qualité de l'enseignement et expliqué à quel point cette structure était indispensable, il avait alors expliqué que le Centre d'application de l'ENVA avait un coût élevé et que cela allait peser sur  son avenir:  

L'exploitation agricole a un budget de dépenses de l'ordre de 190 000 euros mais ne génère que 130 000 euros de recettes. Sur l'hébergement et la formation, le budget annuel de fonctionnement du Centre est de l'ordre de 305 000 euros. Au total, le coût annuel est de 365 000 euros, sans inclure la masse salariale des agents de l'État. Dans le contexte budgétaire que vous connaissez, de redressement des comptes publics et de sérieux budgétaire auquel nous devons nous astreindre, ce budget ne permet pas la maintenance préventive des bâtiments qui se dégradent et qui finiront par nécessiter de coûteuses réparations, notamment sur le château acquis dans les années quatre-vingt.

A l'époque, en 2005, il était question de trouver un nouveau modèle économique avec les partenaires concernés. En haut lieu, on cherchait des solutions pour assurer l'avenir du Centre d'application de l'ENVA. Deux ans plus tard, en 2007, le site d'exploitation agricole de 86 hectares inaugurait une nouvelle plateforme d'enseignement et, d'année en année, le nombre d'étudiants était à la hausse.

Rien ne laissait présager d'une fermeture, d'autant plus que le site de l'Yonne ne semblait pas évoqué dans le schéma pluriannuel de stratégie immobilière sur 2017/2021.

 D'où la stupeur générale, Vendredi 22 Juin, lorsque le Président du Conseil, Patrick Gendraud, a été informé par  Marie-Guite Dufay, la Présidente de région, et par téléphone, du sort du Centre d'Application de l'ENVA :  le ministère de l’Agriculture souhaite relocaliser les activités à Maison-Alfort et en Normandie. Information confirmée par le Directeur de l’École, Christophe Degueurce.

La décision de la fermeture définitive du centre d'application de Champignelles devrait être prise en Octobre, lors d'un conseil d'administration extraordinaire.

Reportage : Baziz Djaouti / Claude Heudes
Avec Hélène Benoit-Valiergue – directrice du centre d’application de l’ENVA

 
Marie-Guite Dufay stupéfaite de la décision unilatérale de fermeture de l’école nationale vétérinaire d’Alfort à Champignelles
Dans par un communiqué publié lundi 25 Juin 2018, la Présidente de la région Bourgogne-Franche-Comté a fait connaître son point de vue.

« C’est avec une profonde stupéfaction que nous avons appris la fermeture de cette antenne d’Alfort basée sur la commune de Champignelles dans l’Yonne. Je m’étonne des conditions dans lesquelles cette décision a été prise.

Je déplore le manque de coordination préalable et même d’information. Les collectivités, dont la Région et de façon volontariste, ont investi dans cette école qui accueille jusqu’à 600 étudiants par an sur des périodes de stages pratiques dans des conditions optimales en matière d’hébergement et de pédagogie.

Les actions soutenues depuis 1975, date de création de l’antenne, ont fait de cette école une référence ce qui rend incompréhensible le caractère unilatéral de la décision.

Je rappelle notre attachement au développement de la Puisaye-Forterre et de la Bourgogne-Franche-Comté où le poids de l’élevage et de l’agroalimentaire est considérable et où les besoins en vétérinaires sont avérés.

Nous réclamons avec la plus grande fermeté la mise en place d’un comité de pilotage avant la tenue du conseil d’administration du mois d’octobre prochain, associant les collectivités, les représentants du ministère de l’agriculture et de l’alimentation, et du ministère de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation, afin de travailler à l’avenir de ce site dont nous souhaitons qu’il conserve un lien avec la formation et la recherche. »

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
animaux sorties et loisirs agriculture économie éducation société ruralité