• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

Une chef cuisinière de Saône-et-Loire obtient un prix au championnat du monde de pâté en croûte

Le pâté en croûte à l'ourite de Margaux Moisiere, récompensé au championnat du monde. / © Margaux Moisiere
Le pâté en croûte à l'ourite de Margaux Moisiere, récompensé au championnat du monde. / © Margaux Moisiere

La finale du 10ème championnat du monde de Pâté Croûte a eu lieu le 3 décembre à Tain-l'Hermitage dans la Drôme. Une seule femme parmi les treize candidats en lice : Margaux Moisiere, chef cuisinière à l'Ô des Vignes à Pouilly-Fuissé, qui obtient le prix de la Confrérie.

Par C.R.

• Une première pour une femme

Margaux Moisiere était la seule femme parmi les treize finalistes du dixième championnat du monde de Pâté Croûte, disputé le 3 décembre 2018 à la maison Chapoutier de Tain-l’Hermitage.

La chef cuisinière qui travaille à L'O des Vignes à Fuissé en Saône-et-Loire, a a obtenu le Prix de la Confrérie Mumm. C'est une première pour une femme depuis la création de ce championnat.

Son pâté en croûte "pluma ibérique, foie gras et ris de veau, ourite (poulpe) et piment d'espelette, gelée à l'encre de seiche", a fait l'unanimité du jury, composé de 17 membres - 40 pour le jury de la confrérie - et présidé par le chef Pierre Gagnaire. Dominique Loiseau en était l'un des membres.

Chaque candidat devait présenter trois pâtés : un pâté entier et deux tranchés, destinés à la dégustation. 
Margaux Moisiere, récompensée le 3 décembre au championnat du monde de pâté en croûte.
Margaux Moisiere, récompensée le 3 décembre au championnat du monde de pâté en croûte.

 

Selon ses organisateurs, le championnat du monde "créé en 2009 sur un pari audacieux entre amis, a gagné en engouement, crédibilité et notoriété. Considéré comme un plat traditionnel, le pâté croûte a souffert pendant longtemps de la charcuterie industrielle, alors que ce dernier est un des plats les plus techniques à réaliser et les plus savoureux à déguster." 
 

• Le pari de Margaux Moisiere

La chef cuisinière, d'origine nantaise, est âgée de 28 ans. Elle travaille depuis dix ans avec Sébastien Chambru, Meilleur ouvrier de France et étoilé Michelin, à Fuissé. Elle avait déjà participé au championnat en 2017 avec un pâté croûte plus traditionnel.

En 2018, elle a pris le risque d'intégrer du poulpe à sa recette. Elle adore travailler ce produit de la mer et a proposé son pâté en croûte à son équipe et à ses clients en septembre dernier. Depuis, grâce à leurs remarques, elle l'a amélioré. Elle a pris le risque de sortir du lot par rapport aux autres candidats et elle a été récompensée : Pierre Gagnaire a aimé sa recette, l'a trouvée "audacieuse". Il lui a juste conseillé d'ajouter un peu moins de piment d'espelette.

Modeste, elle dit devoir sa réussite à son chef et à son équipe. Son pâté croûte pourra être dégusté à l'Ô des Vignes et a acheté à la boutique, tout comme la recette traditionnelle à la volaille et au foie gras. 
 
 

• Deux autres lauréats pour la Bourgogne


Pierrick Bourgerolle termine quatrième ex-aequo
 

Toru Kawamura obtient le prix espoir
 

La devise de la Confrérie du Pâté Croûte est "honni soit celui qui sans pâté croûte prétend servir table loyale."

A lire aussi

Sur le même sujet

Nevers : une journée “justice morte” contre le projet de réforme de la justice

Les + Lus