Concours Miss France : la Franc-Comtoise Lauralyne Demesmay est sacrée deuxième dauphine

Les 5 finalistes du concours Miss France 2019 : Miss Franche-Comté (à gauche sur l'image) devient deuxième dauphine, Miss Tahiti (au centre de l'image) est sacrée Miss France / © AFP/François Lo Presti
Les 5 finalistes du concours Miss France 2019 : Miss Franche-Comté (à gauche sur l'image) devient deuxième dauphine, Miss Tahiti (au centre de l'image) est sacrée Miss France / © AFP/François Lo Presti

Il n'y a plus de Franc-Comtoise parmi les Miss France depuis 1982. Et Lauralyne Demesmay n'a pas réussi à inverser la tendance... Mais elle obtient tout de même le titre de deuxième dauphine !

Par R.A. avec AFP

Étudiante en économie, Lauralyne Demesmay a été sacrée deuxième dauphine, hier soir, à l'occasion de l'élection Miss France 2019. 

Dans l'histoire de Miss Franche-Comté, trois francs-comtoises seulement ont remporté le concours : Roberte Cusey en 1927, Patricia Barzyk en 1980 et Martine Philipps en 1982.  
 

Miss Tahiti devient Miss France


Miss Tahiti, Vaimalama Chaves, 24 ans, a été élue Miss France 2019 samedi soir au Zénith de Lille. Elle succède à Maëva Coucke, du Nord-Pas-de-Calais, sous les yeux d'un jury composé, pour la première fois, exclusivement de femmes.
Diplômée d'un master de management en marketing, elle a devancé Miss Guadeloupe, première dauphine, Miss Franche-Comté, deuxième dauphine, et Miss Réunion et Miss Limousin, les deux dernières finalistes.

"Si je pouvais changer les choses, j'encouragerais tous les jeunes à poursuivre leurs études", a-t-elle répondu au jury, expliquant que "l'éducation, un pilier de la société, c'est ce qui permet de changer le monde."


Critères réactionnaires ?
 

Après une précédente édition dédiée à la cause des femmes dans le sillage du mouvement #MeToo, le jury était  pour la première fois 100% féminin. Il était présidé par Line Renaud et a réuni la danseuse étoile Alice Renavand, la chanteuse Jenifer, la Miss France 2011 Laury Thilleman, la comédienne Maud Baecker, l'humoriste Claudia Tagbo, et Caroline Garcia, numéro 1 du tennis féminin français.

"L'idée est intéressante mais le concours Miss France continue de trier les femmes sur des critères physiques ou moraux assez réactionnaires, comme le fait pour les candidates de n'avoir pas d'enfant", a réagi Marion Georgel, l'une des porte-parole d'"Osez le féminisme!", pour qui ce jury 100% féminin est "un effet de communication".
 
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Episode 4

Les + Lus