Coronavirus – Covid 19 : C'est une première dans le Jura, une vente aux enchères s'est déroulée devant une salle vide

Maitre Brigitte Fenaux, commissaire priseur à Lons-le-Saunier a procédé à une vente d'objets d'art très particulière :  aucun acheteur n'était présent dans la salle. 
 
Salle des ventes. SCP Fenaux-Etievant à Lons-le-Saunier ( 39 )
Salle des ventes. SCP Fenaux-Etievant à Lons-le-Saunier ( 39 )
« La maison dans le Jura, une huile sur panneau de Guy Bardone. On commence à 300 euros.. ».
Installée sur son estrade et marteau en main, Maître Brigitte Fenaux vient de débuter sa vente du jour, dans une ambiance tout à fait inhabituelle. Coronavirus oblige, elle fait face à une salle complètement vide. Un moment très particulier pour elle « Je n'avais encore jamais vécu cela. Nous avions prévu de faire cette vente le 21 mars dernier. Tout était prêt, tous les tableaux, toutes les sculptures étaient sur place et nous avions fait toute la communication habituelle. Malheureusement nous avons été contraints de repousser cette vente en raison des mesures de précaution sanitaire...».

"Plus de 100 personnes inscrites pour la vente..."

« 800 euros, 850, 900... » Le coup de marteau retentit. Le tableau du peintre jurassien est finalement adjugé à 1000 euros. La vente continue à un rythme soutenu. Brigitte Fenaux, qui s'adresse à une webcam, est accompagnée de son assistant, les yeux rivés sur son ordinateur. Cette vente, réalisée exclusivement sur internet et au téléphone connait déjà un beau succès. Plus de 100 personnes se sont inscrites et procèdent aux enchères en direct. La preuve que le virus n'atténue pas la passion des acheteurs « Pour cette vente nous avons enregistré des inscriptions de France mais aussi de nombreux pays d'Europe comme l'Italie ou encore la Pologne » poursuit Maître Fenaux. « Cela fait plusieurs années que nos ventes sont accessibles en ligne, et cela a révolutionné notre métier. Avant les gens hésitaient à vendre leurs biens en province et privilégiaient Paris ou les grandes villes. Aujourd'hui cette innovation nous permet de vendre dans le monde entier. Nous avons notamment vendu en 2018 une bouteille de vin jaune à 107.000 euros ! L'acheteur était un New-Yorkais qui ne connaissait sans doute pas Lons-le-Saunier mais il s'est adjugé cette bouteille, tranquillement assis devant son ordinateur..».
 

Maître Brigitte Fenaux, commissaire-priseur
Maître Brigitte Fenaux, commissaire-priseur

" L'absence du public est frustrante mais il faut faire avec..."

La vente continue. « Le traîneau par temps gris », une très belle huile sur toile du peintre franc-comtois Jean-Laurent Buffet-Challié vient de trouver preneur à 4600 euros. C'est l'un des temps-forts de l'après-midi. Qui est l'acheteur ? Impossible de le savoir bien sûr. Les "voix" de l'ordinateur sont impénétrables et resteront anonymes. L'informatique est un outil bien pratique mais qui contribue tout de même à rafraîchir un peu l'ambiance « Je regrette vraiment cette absence de contact humain avec le public » poursuit Brigitte Fenaux.  « D'habitude j'aime présenter les œuvres lors de l'exposition qui précède la vente. Cela permet de créer des liens avec les acheteurs potentiels et d'engager la discussion. Et puis pendant la vente, il y a un jeu qui s'instaure avec les gens, chacun joue son rôle. C'est très convivial en fait...». 
Le traîneau par temps gris. Huile sur toile de Jean Laurent Buffet-Chaillé
Le traîneau par temps gris. Huile sur toile de Jean Laurent Buffet-Chaillé

" Il y a eu beaucoup d'enchères. Le bilan est très positif..."

Il est 16h30. Le dernier des 166 lots du jour, une huile sur toile du peintre ardennais Robert Lamy, vient d'être attribué. La vente est terminée. Pour Maître Feneau, le bilan est très positif « Tout s'est bien passé. Le rythme était bon. Il y a eu beaucoup d'enchères et nous avons vendu près de 80% des œuvres. C'est une grande satisfaction ».
D'autres ventes comme celle-ci auront lieu dans les prochaines semaines à la salle des ventes de Maître Fenaux. Au programme du vin, du mobilier ou encore des vases de Chine.

.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
santé société coronavirus/covid-19 art culture