Coronavirus, covid-19 : une dizaine de morts dans un EHPAD situé à Bart, dans le Doubs

EHPAD Le chant de l'eau, situé à Bart. / © Google street view
EHPAD Le chant de l'eau, situé à Bart. / © Google street view

L'EHPAD Le Chant de l'Eau traverse actuellement une situation compliquée, en pleine épidémie de coronavirus. En effet, une dizaine de résidents sont morts en quelques jours. Le dernier, âgé de 95 ans, est décédé dans la nuit de mercredi à jeudi.

Par Sarah Rebouh

La situation dans certains EHPAD francs-comtois est véritablement dramatique en cette période d'épidémie liée au coronavirus. Nombre d'entre-eux ont pourtant rapidement décidé de fermer leurs portes au public, bien avant l'instauration d'un confinement de la population. Le but ? Empêcher le virus d'entrer dans les établissements et de toucher des personnes âgées, très à risque.

Malheureusement, dans certaines résidences, la situation s'est rapidement détériorée, une fois que le virus a pénétré les murs. C'est le cas à Thise, où 15 résidents sont décédés, sans avoir été testés officiellement au covid-19, depuis le début de la crise sanitaire (relire notre article).
 

"Le médecin cochera la case covid-19"


A Bart, petite commune située dans le Pays de Montbéliard, la situation est également très préoccupante. Dans cette maison de retraite, une dizaine de résidents sont morts récemment, selon nos informations. Comme à chaque fois, impossible d'imputer officiellement les décès au covid-19, puisqu'aucun test n'est réalisé. Le dernier décès en date concerne un homme de 95 ans.

Yvonne, la fille de ce résident atteint d'une silicose (maladie pulmonaire) a été prévenue quelques heures avant par les soignants, de la dégradation rapide de l'état de santé de son papa. "Mon papa est décédé cette nuit. On a pu anticiper car la cadre de santé avait appelé la veille, pour nous dire qu'il fallait qu'on se prépare. Le médecin cochera la case covid-19, m'ont précisés les pompes funèbres. Mais il n'y a pas de tests officiels. On ne savait pas officiellement qu'il y avait des cas à Bart. Mais quand je demandais aux infirmières, on sentait bien qu'elles étaient un peu mal à l'aise..." nous-a-t-elle détaillé, sans un brin d'animosité.

L'enterrement de son père aura lieu en petit comité, comme le stipulent les mesures prises pour restreindre la propagation du coronavirus sur le sol français. Malgré la peine de perdre un être cher, dans des circonstances hors du commun, Yvonne souhaite saluer l'humanité dont ont fait preuve les soignants à son égard. "Dans ces moments-là, c'est tellement difficile pour tout le monde. Le but n'est pas de casser du sucre sur le dos des gens. Il faut vivre les choses du mieux possible. C'est dur pour tout le monde" conclut-elle.
 

"Pas de test, et c'est bien là le problème"
 

Joint par nos soins, Pierre Schlatter, maire de Bart, se dit inquiet de la situation et confirme une "dizaine de décès" au sein de l'EHPAD de sa commune. Officiellement, seul un décès est à imputer au coronavirus selon la direction de l'établissement, citée par ce dernier. 

"J'ai fait le point avec l'EHPAD ce matin. Officiellement ce matin, on avait deux cas suspects dont un décès à cause du coronavirus. Oui, on a beaucoup de décès depuis quelques semaines, mais ce qui a été confirmé par la directrice, c'est ce que je viens de vous dire : un décès et deux cas suspects. C'est que les médecins ne mettent pas forcément suspiscion ou coronavirus sur les rapports, il n'y a pas de test, donc on ne peut pas savoir. Et c'est bien là le problème. Maintenant aussi, il y a une chose qui est à prendre en compte. Les personnes âgées n'ont plus de visite du tout, certains se laissent mourir psychologiquement. C'est dur à accepter. Voilà, la situation n'est pas facile mais le personnel soignant est très impliqué et toutes les précautions sont prises" nous a-t-il expliqué.

Jointes par notre rédaction, la direction de l'EHPAD "Le chant de l'eau" de Bart ainsi que la Mutualité Française Comtoise n'ont pas encore donné suite à nos sollicitations.

Dans cet EHPAD, les résidents sont actuellement confinés dans leurs chambres. Cette situation accentue évidemment les pathologies dépressives, déjà très présentes chez les personnes en fin de vie. Les repas ne sont plus donnés en collectif. Ils sont distribués en chambre, avec des couverts jetables, pour limiter les risques de transmission. "Par chance, cet EHPAD est géré par la Mutualité Comtoise qui dispose encore de suffisamment de matériel pour protéger les soignants et les résidents" ajoute monsieur le maire.

Le comptage précis des décès en EHPAD liés au coronavirus sont de plus en plus attendus par les familles mais aussi par les professionnels du secteur. Jérôme Salomon, directeur général de la santé, a annoncé ce mardi la mise en place dans les prochains jours d’un "suivi quotidien de la mortalité" dans les établissements pour personnes âgées. "Une application est en cours de développement" avec les ARS pour permettre ce suivi, confirme la Direction générale de la santé (DGS). 

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus