Coronavirus covid 19 : pourquoi les boutiques restent-elles allumées pendant le confinement ?

Depuis le début du confinement, tous les commerces non essentiels sont fermés. Mais, vous l’avez sans doute remarqué, beaucoup laissent leur éclairage allumé une partie de la nuit. Une aberration pour un membre d’une association écologiste qui a alerté le maire de Dijon.

"Ces lumières sont inutiles"

« Il n’y a personne dans les rues. Ca m’embête de voir ces commerces éclairés », raconte Nicolas Gallant qui ajoute « je trouve que c’est totalement aberrant". Cet animateur d’un foyer pour jeunes travailleurs et  militant de l’association des Amis de la Terre a donc décidé d’agir. Il a envoyé un courrier au maire de Dijon, François Rebsamen, pour lui demander d’« imposer aux commerçants de réduire leur pollution lumineuse ».

« Ces lumières sont inutiles s’il n’y a personne pour les voir (de même que pour les panneaux sucettes et autres panneaux lumineux) », écrit-il. « On ne peut stopper le confinement, donc utilisons-le pour réduire notre impact écologique et énergétique. »

La démarche est totalement soutenue par l’association des Amis de la Terre. Le président de l’antenne de Côte-d’Or, Stéphane Dupas, estime que c’est une « très bonne  démarche » et qu’en cette période très particulière, il faut faire preuve de sobriété énergétique. Il salue l’acte de Nicolas Gallant : « c’est bien que les citoyens prennent seuls des initiatives. On invite d’ailleurs tous les citoyens à faire de même. Interpeler des élus, c’est légitime ». 

 
 

Une démarche « malvenue »

Pour Mathieu Honnorat, directeur de Shop in Dijon, une association de 400 commerçants dijonnais, la démarche peut se comprendre mais elle est « malvenue » : « aujourd’hui, tous les commerçants sont désemparés par la situation ». Et depuis l’annonce d’Emmanuel Macron du lundi 13 avril (qui rallonge encore le confinement), pour certains, c’est même « la catastrophe », ajoute-t-il. Ce n’est donc pas une priorité, selon lui. D’autant plus que l’éclairage des vitrines ne représente pas une grosse consommation, beaucoup de commerçants étant équipés de lampes à led. Pour Mathieu Honnorat, « suggérer l’extinction des vitrines, pourquoi pas? Mais il ne faut pas l’imposer ».


Que dit la législation ?

En matière d’éclairage des commerces, c’est un arrêté de 2018  qui fixe la règle : les boutiques doivent éteindre l’éclairage de leur vitrine au plus tard à 1 heure du matin. Si ces boutiques ferment après 1 heure du matin, elles doivent éteindre 1h après la fin de l’occupation des locaux. Par ailleurs, l’heure pour allumer les vitrines le matin est fixée à 7 heures (ou 1 heure avant l’ouverture lorsque le commerce ouvre avant 7 heures du matin).


 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société économie environnement