Coronavirus : davantage de cas positifs chez les 20-29 ans en Bourgogne-Franche-Comté

Le coronavirus continue de circuler. Le taux de positivité des tests de dépistage repart à la hausse dans notre région comme au niveau national. C'est dans la tranche d'âge 20-29 ans que l'on compte le plus de cas.

Illustration.
Illustration. © Luc Nobout / MAXPPP
L'épidémie de coronavirus touche toutes les tranches d'âge de la population. Mais certaines comptent plus de cas positifs que d'autres. En Bourgogne-Franche-Comté, on répertorie le plus de cas positifs parmi les 20-29 ans. 

Les dernières données disponibles sont celles de la semaine du 7 au 13 septembre. Elles sont issues du système d'information de dépistage (SI-DEP) et diffusées par Santé publique France. Sur cette période, on comptait 3,3 tests positifs pour 100 tests réalisés dans notre région pour l'ensemble des tranches d'âge. Si on se concentre sur les 20-29 ans, ce chiffre monte à 5,3 tests positifs pour 100 tests réalisés.
 

Malgré tout, les chiffres en Bourgogne-Franche-Comté restent inférieurs au niveau national. Là aussi, c'est parmi les 20-29 ans qu'on compte le plus de cas positifs. La semaine du 7 au 13 septembre, on comptait 8,4 tests positifs pour 100 tests réalisés chez les 20-29 ans.
 


Même s'ils représentent le plus de cas positifs, ce ne sont pas les 20-29 ans qu'on retrouve le plus parmi les personnes hospitalisées. Comme on le constate depuis le début de l'épidémie, les personnes âgées sont celles qui développent le plus de formes graves.

Ainsi, au 20 septembre, parmi les 75 personnes hospitalisées dans notre région, il y avait une seule personne âgée entre 20 et 29 ans. Et si on se concentre sur celles admises en réanimation ou en soins intensifs, sur les 9 personnes actuellement soignées dans notre région, aucune n'a entre 20 et 29 ans.
 


"Le risque était que le virus passe des plus jeunes vers les personnes moins jeunes et vulnérables, qui font plus de formes graves. C'est ce que nous observons depuis plusieurs semaines", a relevé le ministre de la Santé Olivier Véran, dans un point presse jeudi 17 septembre.

Alors que quatre départements de notre région sont classés en zone de circulation active du virus (Côte-d'Or, Doubs, Saône-et-Loire et Territoire de Belfort), plusieurs préfectures ont pris des mesures qui visent plus directement les moins de trente ans. En Côte-d'Or, les soirées d'intégration organisées par les étudiants sont ainsi interdites dès ce lundi 21 septembre. Les bars qui avaient obtenus des dérogations ne peuvent plus ouvrir après 2h du matin. En Saône-et-Loire, ce n'est pas plus tard qu'une heure du matin.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société