Coronavirus : "Aucun seuil d'alerte n'est franchi", selon l'ARS Bourgogne - Franche-Comté

Lors d'une conférence de presse vendredi 31 juillet, le directeur de l'Agence régionale de santé de Bourgogne - Franche-Comté, Pierre Pribile, a constaté "une nette hausse de cas positifs" au coronavirus, même s'il n'y a pas de tension dans les hôpitaux de la région.

L'Agence régionale de santé Bourgogne - Franche-Comté se veut prudente.
L'Agence régionale de santé Bourgogne - Franche-Comté se veut prudente. © C. Vergnaud - MaxPPP
On en sait plus sur le coronavirus en Bourgogne - Franche-Comté. Une audioconférence de presse s'est tenue vendredi 31 juillet, organisée par la Préfecture, l'Agence régionale de santé (ARS), le Rectorat et la Direccte.

Le directeur général de l'ARS Bourgogne - Franche-Comté, Pierre Pribile, l'a assuré d'emblée : l'épidémie de Covid-19 est "loin d'être derrière nous". En atteste les chiffres sur la circulation du virus : ces sept derniers jours, 124 cas positifs ont été détectés sur 18 600 tests. "Une nette hausse de cas positifs, beaucoup plus marquée que la semaine précédente", explique le directeur général de l'ARS. "Le rebond se poursuit." Le coronavirus circulerait selon lui dans les milieux professionnels et familiaux, notamment lors de retrouvailles.

"La dynamique n'est pas bonne, mais les chiffres restent faibles", rassure t-il. "Rien ne permet de penser qu'il est moins virulent, moins dangereux" qu'avant le déconfinement.

Aucun décès depuis la semaine dernière

Des indicateurs positifs sont tout de même à signaler : 22 patients hospitalisés, trois patients en réanimation, une entrée par jour à l'hôpital et aucun décès depuis la semaine dernière. "Il n'y a plus de tension hospitalière", confirme Pierre Pribile. "Aucun seuil d'alerte n'est franchi." Une douzaine de clusters sont "en cours de traitement, investigation ou suivi".

Les gestes barrières restent en vigueur. Le directeur de l'ARS assure qu'il est possible de se faire tester "sans passer par la case médicale". "Il n'y a plus de prétextes pour ne pas se faire dépister", conclut Pierre Pribile, qui conseille de se faire tester "au moindre symptôme".

Une rentrée "la plus normale possible"


Jean-François Chanet, recteur académique de la région Bourgogne-Franche-Comté et de l'Académie de Besançon l'assure : "La vigilance sur la santé du personnel et des élèves sera accrue". Il souhaite aussi assurer que les mesures sanitaires permettent la rescolarisation de tous les enfants. Car le recteur de l'Académie de Besançon évoque les "enjeux de rattrapage" après le confinement et le creusement des inégalités. Un accompagnement plus individualisé des élèves est ainsi prévu.

La rectrice de l'Académie de Dijon, Nathalie Albert-Moretti, évoque, quant à elle, les trois scénarios envisagés pour la rentrée, en fonction de l'évolution de l'épidémie :

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus santé société déconfinement région bourgogne franche-comté éducation
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter