Coronavirus : "On renforce les équipes de contact tracing", les CPAM font face au boom des tests de dépistage

Publié le Mis à jour le

Avec la hausse du nombre de tests de dépistage en Bourgogne-Franche-Comté, les équipes des CPAM chargées de prévenir les personnes ayant été en contact avec un porteur du virus sont plus sollicitées depuis ces dernières semaines. Une entraide entre départements et régions est même en place. 

 

"On a renforcé toutes les équipes, car il y a une hausse du nombre de tests positifs" explique Pierre-Yves Malinas, directeur de la CPAM, la caisse primaire d'assurance maladie du Jura. 

Dans les bureaux de la caisse d'assurance-maladie, 12 personnes travaillent actuellement au sein de la cellule de "contact tracing". "L'augmentation des cas a commencé vers le 25 juillet. "Nous avons 2 à 3 personnes par jour qui s'occupent des cas contacts pour le Jura, et pour le reste de l'équipe nous venons beaucoup en aide à d'autres régions de France, comme l'Ile-de-France, ou la région Provence-Alpes-Côte-d'Azur les plus impactées" précise le directeur. "On aide beaucoup les autres régions, et c'est normal pour nous d'activer cette entraide" ajoute Pierre-Yves Malinas.

Dans le Doubs, le dispositif est le même. "Depuis la mi-août, nous avons remis des collaborateurs en ligne. Nous sommes dans un plan de réarmement de nos plateformes pour être en capacité de traiter nos cas, et apporter de l'entraide à d'autres caisses primaires" explique Lilian Vachon, directeur de la CPAM du Doubs. "Dès lundi 31 août, nous aurons 20 personnes au sein de l'équipe de contact tracing" précise le directeur. 

À l'échelle de la région Bourgogne-Franche-Comté, 80 à 90 personnes sont mobilisées au sein des équipes de contact tracing. "Ce calibrage peut évoluer à la hausse en fonction du virus" précise Noria Kour, responsable de la plateforme de traçage de l'Yonne qui pilote le tracing pour la région. Depuis la sortie du confinement, 2511 patients zéro ont été contactés, 8796 cas contacts ont été appellés, précise-t-elle. "Nous avons travaillé pour aider d'autres régions comme PACA, Ile-de-France, la Bretagne ou la région Rhône-Alpes-Auvergne" ajoute Nora Kiour. 
 


Une course contre la montre



Casser les chaînes de transmission du virus. Tester, puis isoler. De 8h30 à 18 heures, les équipes de contact tracing travaillent dans des bureaux individualisés pour des raisons de confidentialité.  Elles interviennent dès qu'un médecin active le dispositif Contact Covid. Un de ses patients vient d'être testé positif.


"Le médecin réalise le tracing du foyer, nous prenons la main sur la suite" explique le responsable de la CPAM du Jura. "Dans notre département, nous n'avons pas trop de difficultés à identifier dans les 24 heures et prévenir les personnes qui ont été en contact rapproché. Nous avons un ratio de 3 personnes contacts pour un cas positif" précise le directeur. Un faible taux qui n'évolue guère, c'est rassurant. Il grimpe parfois lors de patients positifs ayant participé à une réunion de famille !. 

"On remonte tous ces cas contacts, la plupart du temps, ils ont déjà été alertés par le patient testé positif et ne sont pas trop surpris de notre appel" mentionne Pierre-Yves Malinas. "Il faut ensuite agir vite pour que ces cas contacts ne repartent pas au travail, ou participer à une soirée" dit-il. " Le but n'est pas uniquement de tracer les gens, mais aussi de les accompagner pendant la période de quatorzaine, il y a une prise en charge humaine" ajoute Nora Kiour, de la caisse d'assurance maladie de l'Yonne. 

"Si la quatorzaine est bien respectée, on voit que la chaîne de transmission est cassée" assurent les caisses d'assurance maladie en charge du "tracing". 
 


45% des tests positifs sont des personnes de moins de 25 ans



Durant le mois d'août, le profil des personnes testées positives est jeune. Du 6 au 20 août, dans le Jura, 45% des patients zéro testés positifs sont âgés de moins de 25 ans. Le taux de contamination reste très faible chez les seniors. "Le virus circule, 43% des personnes testées positives sont des personnes qui étaient des "cas contacts" précise le directeur de la caisse primaire du Jura. 



Les équipes de contact tracing donnent l'alerte en cas de découverte de foyers de contamination ou clusters



Le rôle des équipes de contact tracing ne s'arrête pas là. Dès qu'un foyer de contamination, plus de trois cas sont découverts dans un même milieu, l'Agence Régionale de Santé active d'autres mesures. Écoles, entreprises, clubs, une analyse des risques est faite avec les référents Covid explique Pierre-Yves Malinas. Un dépistage peut être proposé par exemple au niveau d'une entreprise. Ce fut le cas au club de football Jura Sud où 5 cas ont été détectés ces derniers jours. Un dépistage global a été mis en place. 
 


Le contact tracing, un dispositif qui va encore durer...


Pour Pierre-Yves Malinas, les équipes de contact tracing vont rester en place le temps qu'il faudra. À la sortie du confinement, dans le Jura, 25 à 30 personnes avaient constitué l'équipe. Finalement, le dispositif avait été revu à la baisse. Il pourra en cette rentrée et dans les prochaines semaines monter à nouveau en puissance si le nombre de tests positifs continue à croître en Bourgogne-Franche-Comté.

Dans le Doubs, 35 personnes constituaient l'équipe de contact tracing en sortie de confinement. La voilure avait été réduite mi-juin. "Nous avons actuellement 10 à 20 cas positifs par jour dans le Doubs, çela reste peu par rapport à la population" relativise Lilian Vachon, directeur de la CPAM du Doubs. La situation reste suivie de près. "On sait que la rentrée est proche et que les gens vont potentiellement ramener le virus de vacances" ajoute le directeur. Les équipes de contact tracing restent en place, cela reste la tâche prioritaire pour les agents, ajoute Lilian Vachon.  

 

... car le virus circule toujours activement dans la région



Dans la région, du 14 au 20 août, 22.800 résultats de tests ont été recensés, dont 452 se sont avérés positifs. Le taux de positivité des tests est en augmentation, il est passé de 1,3 à 2 %.
Tous les départements de la région sont concernés par la circulation du virus, et 7 d’entre eux sont désormais au-delà du seuil d’attention (10 pour 100 000 habitants). Seule la Nièvre est en deçà de ce seuil.
 

Au 21 août, 19 patients sont atteints de formes graves du coronavirus, dont 5 en réanimation.
Depuis le début de l'épidémie en Bourgogne-Franche-Comté, on déplore 1064 décès du Covid en milieu hospitalier et 650 dans des établissements médico-sociaux dont les Ehpad.