Beaune : des salariés d'un entrepôt Aldi en grève depuis une semaine, la justice saisie par la direction

Publié le
Écrit par M. F. avec Marie-Charlotte Roupie
L'entrepôt Aldi de Beaune en Côte-d'Or.
L'entrepôt Aldi de Beaune en Côte-d'Or. © Rodolphe Augier / France Télévisions

Le conflit entre des salariés d'Aldi à Beaune (Côte-d'Or) et leur direction dure désormais depuis une semaine. Alors qu'ils font grève pour réclamer notamment de meilleurs salaires, leur hiérarchie en a assigné certains devant la justice. Le tribunal a ordonné une médiation, qui aura lieu vendredi 1er octobre.

Les salariés de la centrale Aldi de Beaune, en Côte-d'Or, sont en grève. Ils se relaient jour et nuit depuis le 23 septembre devant l'entrepôt qui approvisionnent les magasins de la chaîne de magasins discount.

Ce mouvement a débuté par un constat. À emploi égal, les salariés de cet entrepôt sont moins bien payés que leurs collègues d'autres régions de France.

Albane Van de Walle travaille ici depuis six ans, pour 1 400 euros par mois. Elle demande une revalorisation des salaires. "Personne n'est là par vocation. On est ici parce que c'est un travail alimentaire. Donc si financièrement, il ne nous permet pas d'en vivre, on ne peut pas rester comme ça", indique la déléguée syndicale.

"J'ai des collègues qui seraient peut-être mieux en licenciement économique, ou à rester chez eux parce que l'essence coûte cher et qu'on vient travailler à perte."

Des salariés assignés devant la justice par leur direction

39 d'entre eux ont été assignés personnellement en justice à la demande de l'entreprise. Ils sont accusés d'avoir bloqué le trafic des camions de livraison, les premiers jours de mobilisation. Mercredi 29 septembre, le tribunal judiciaire de Dijon a rendu une première décision. Tout blocage doit être levé et un médiateur est désigné.

"On est sortis avec le sourire du tribunal, puisqu'on obtient une médiation qui va nous permettre d'échanger avec quelqu'un d'extérieur à l'entreprise, vu que le directeur ne voulait pas échanger. On espère que ça l'obligera à le faire", indique Loïc Negri, également délégué syndical.

La direction n'a pas accepté de nous rencontrer, mais s'est aussi dite ravie de cette décision judiciaire dans un communiqué. Ce vendredi 1er octobre, la rencontre avec le médiateur se tiendra au tribunal de Dijon. Albane et Loïc feront partie de la délégation.

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.