Climats de Bourgogne : 5 ans plus tard, quel est le bilan de l'inscription au patrimoine mondial ?

L'Unesco inscrivait les Climats de Bourgogne au patrimoine mondial le 4 juillet 2015. Cette distinction obtenue pour la côte viticole entre Dijon et Beaune a été longuement attendue, mais qu'en-est-il maintenant, 5 ans après ?

Les Climats de Bourgogne : patrimoine immatériel classé à l'Unesco en 2015
Les Climats de Bourgogne : patrimoine immatériel classé à l'Unesco en 2015 © FTV

Une valeur universelle exceptionnelle

L'UNESCO a reconnu la valeur universelle exceptionnelle des Climats de Bourgogne , faite de traditions millénaires, mais aussi a récompensé dans le projet de candidature en 2015 toutes les actions prévues pour protéger les sites, et transmettre ce patrimoine aux générations futures.
Aubert de Villaine, président d'honneur de l'Association des Climats de Bourgogne, avait déclaré, le 4 juillet 2015 lors du rattachement des Climats au patrimoine mondial :"Maintenant le travail commence !".
Cet héritier d'une des deux familles co-propriétaires du domaine de la Romanée-Conti, qui produit huit grands crus entre les Côtes de Nuits et de Beaune, s'était investi pendant de nombreuses années dans le dossier de candidature des Climats.
Cette candidature, récompensée par l'Unesco, a permis de tisser des liens avec tous les acteurs économiques, culturels, institutionnels du territoire concerné par les Climats. Elle a permis de mettre en place un dialogue entre le tourisme et le monde viticole.
Le Grand Clos des Epenots, sur la commune de Pommard (Côte-d'Or)
Le Grand Clos des Epenots, sur la commune de Pommard (Côte-d'Or) © Michel Joly
 

Le rayonnement du site des Climats

Hormis la préservation du site des Climats, l'Association veille à révéler le site, par des campagnes de protection du paysage et du patrimoine bâti.
Contrairement à certains sites Unesco, en Bourgogne, l'animation du site classé a été confié à une association.
Ainsi en 5 ans, l'Association a facilité des projets et accompagné des viticulteurs à reconnaître ce que l'Unesco décrit comme "paysage culturel", c'est-à-dire tout ce qui contribue à l'identification et la reconnaissance des Climats, au niveau culturel et touristique. 
Bertrand Gauvrit, actuel directeur de l'Association des Climats, reconnaît que la mission qui a pris le plus d'ampleur à l'Association est le Fonds Patrimoine : selon lui, "ce sont des centaines de projets validés depuis 2016, l'équivalent de 1,4 millions d'euros redistribués, pour un volume de travaux de 3 millions d'euros. A aucun moment, on pensait obtenir ce soutien de mécènes étrangers à cette hauteur, ça a dépassé nos espérances !"
Ces travaux sont des ravalements de murs en pierre, de cabottes, de réhabilation du patrimoine bâti. Bertrand Gauvrit ajoute aussi que "des actions de formation sur la pierre sèche ont été mises en place au lycée viticole de Beaune (pierre sèche murets et cabottes), avec la Chambre d'Agriculture, sur des chantiers pédagogiques."
Les murs en pierre sèche ont fait l'objet de restaurations et d'ateliers pédagogiques
Les murs en pierre sèche ont fait l'objet de restaurations et d'ateliers pédagogiques © Association des Climats de Bourgogne


L'ex-chef de projet du Grand site de France Puy Mary (Cantal) voit aussi deux autres actions emblématiques sur les 5 années écoulées depuis le classement Unesco : 
la création de "la maison des Climats" : Bertrand Gauvrit explique qu'"au départ, une idée existait de créer une Cité des Vins, mais on s'est dit n'attendons pas, partageons tout de suite nos connaissances dans un lieu qui puisse focaliser une attention particulière. Même si c'est un petit lieu, il sert de porte d'entrée aux Climats."
La maison a été inaugurée en Juillet 2017 :  La Maison des Climats a permis de jalonner les projets de la Cité des Vins et des Climats à Beaune, et de la Cité Internationale de la Gastronomie à Dijon, qui verront le jour d'ici 2022.


la considération de la partie sociétale "environnementale" : M.Gauvrit explique "cette partie était peu inscrite dans le plan de gestion avec l'Unesco, une commission  'environnement et développement durable' va être lancée prochainement. Cette dimension environnementale, écosystème, biodiversité va être davantage prise en compte."

D'une façon générale, l'Association constate que tous les professionnels du tourisme associent maintenant systématiquement les Climats de Bourgogne à leurs sollicitations.
Par exemple, le réseau des hôteliers est devenu le premier ambassadeur des Climats pour sa clientèle. 


 

L'inscription, c'est une chance, mais aussi une responsabilité !

Bertrand Gauvrit

Bertrand Gauvrit reconnaît que tout le travail mis en commun de partage, d'échanges et de partenariats effectué lors de la candidature s'est poursuivi avec la même dynamique une fois la disctinction obtenue.
L'Association a permis "de mener tout le monde dans la même barque". La classification au patrimoine mondial a dépassé largement le monde de la viticulture, et a mis en relation une multitude d'intervenants qui se sont regroupés autour d'une cause commune : les collectivités territoriales (Région et Département), les intercommunalités, les villes de Beaune et de Dijon, l'interprofession viticole (vignerons et négociants), le tissu universitaire, la Chambre de Commerce et d'Industrie, le tissu associatif (culturel et patrimonial).

Une dynamique à préserver

Dans le futur, l'Association va se concentrer sur plusieurs actions.
A commencer par la réintroduction des animations dans les villages : au regard des étrangers, la France véhicule l'image de villages vivants, et l'Association des Climats veut lancer un programme culturel pour animer les 40 villages membres des Climats.

De plus, l'Association souhaite travailler sur les paysages, "on veut aller plus loin sur les haies, sur les arbres, et la biodiversité écologique que connaissaient les vignes d'antan. Cette dernière a disparu avec la mécanisation du travail dans les vignes, mais on veut la réintroduire avec les vignerons. On envisage de créer un fonds spécifique pour remettre des arbres dans la vigne."

Une partie prenante dans l'urbanisme : l'Association est maintenant conviée aux démarches d'urbanisme, de Schéma de Cohérence Territoriale (SCOT), de Plans Locaux d'Urbanisme (PLU), de demandes de permis de construire pour donner un avis. "Guider, ce n'est pas bloquer, à aucun moment ! C'est pour porter l'attention sur des points et de décider ce qu'on veut faire" modère Bertrand Gauvrit.
 
Le village Chambolle-Musigny, en Côte-d'Or
Le village Chambolle-Musigny, en Côte-d'Or © Michel Joly

Pour aller plus loin

Un module de e-formation « Comprendre les Climats du vignoble de Bourgogne », composé de 6 mini-vidéos de 2 minutes et de quiz associés, à destination notamment des professionnels de l’hôtellerie et du tourisme.
Le grand public peut tout aussi s'amuser à faire le test !
En accès libre sur le site Internet de l’Association www.climats-bourgogne.com/e-formation

Pour découvrir les Climats, une nouvelle carte touristique a été éditée. Elle est téléchargeable sur le lien suivant :
https://www.climats-bourgogne.com/fichiers/carte-climats-2020-fr-web_1591369158.pdf


Le reportage de Muriel Bessard, Dalila Iberrakene, sur un montage de Cécile Frèrebeau
Intervenants :
Climats de Bourgogne : 5 ans après la classification UNESCO, où en est-on ?

 
Les Climats de Bourgogne : de quoi parle-t-on ?
En Bourgogne, un Climat est un terroir viticole associant parcelle, cépage et savoir-faire.
Le monde viticole est fait de traditions millénaires.
La Bourgogne a aussi su séduire l'Organisation des Nations Unies pour son implication touristique  : elle détient la plus ancienne route des vins (80 ans), et surtout cette diversité de terroirs consacrés à la vigne.
Chaque Climat de Bourgogne est une parcelle de vigne, soigneusement délimitée et nommée depuis des siècles, qui possède son histoire et bénéficie de conditions géologiques et climatiques particulières.
Chaque vin issu d’un Climat a son goût et sa place dans la hiérarchie des crus (Appellation Régionale, Village, Premier Cru, Grand Cru).
Les Climats sont plus de 1000 à se succéder sur un mince ruban, allant de Dijon à Santenay, au sud de Beaune.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
unesco culture patrimoine viticulture agriculture économie tourisme
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter