Covid-19 : le couvre feu dans les grandes villes est-il une aubaine pour le tourisme en Bourgogne ?

Nombreux sont ceux qui se sont déjà précipités en Bourgogne pour se mettre au vert pendant et après le confinement. Les nouvelles mesures sanitaires annoncées dans plusieurs métropoles françaises, comme le couvre-feu, permettraient-elles à la Bourgogne de profiter d'une vague de touristes ?

ILLUSTRATION. Beaune ou Puligny-Montrachet profite du couvre-feu. Instauré dans 9 métropoles, il pousse les Français à venir s'exiler en Bourgogne, à l'aube des vacances de la Toussaint.
ILLUSTRATION. Beaune ou Puligny-Montrachet profite du couvre-feu. Instauré dans 9 métropoles, il pousse les Français à venir s'exiler en Bourgogne, à l'aube des vacances de la Toussaint. © Coline Fauchard / France Televisions
Et si l'oenotourisme profitait des nouvelles mesures sanitaires annoncées à Paris et dans 8 autres métropoles du pays ? Alors que les vacances de la Toussaint démarrent, les touristes sont nombreux à venir profiter de la Bourgogne. 

Beaucoup de séjours de dernière minute

L'office de tourisme de Beaune a reçu, depuis les annonces gouvernementales et l'instauration du couvre-feu, de nombreux appels pour des séjours de dernière minute. "Nous ne sommes pas dans la zone du couvre-feu [...] donc nous avons encore toute une offre touristique encore opérationnelle au niveau hébergement, restaurant, monuments et surtout événementiel" confie Sandrine Sagrange. 

Une saison relancée grâce aux touristes français ?

Beaune est idéalement située entre Paris et Lyon, deux métropoles où le couvre-feu est appliqué. Même les touristes marseillais viennent profiter des paysages beaunois... ou de ces vignes ?
Alors que la clientèle étrangère annule coup sur coup, l'oenotourisme compte sur les clients français pour relancer sa saison.

Le reportage de Julie Jeunemaître, Coline Chauffard et Margaux Martin
Le couvre-feu dans d'autres régions : une aubaine pour le tourisme en Bourgogne ?

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
tourisme économie coronavirus : envie d'évasion santé société coronavirus/covid-19