Cet article date de plus de 5 ans

Le TGV pourrait bien ne plus s'arrêter en gare de Beaune

La ville de Beaune, en Côte-d'Or, pourrait se voir privée d'arrêts de TGV l'an prochain. Les 2 haltes quotidiennes n'attirent pas assez de voyageurs
© France 3 Bourgogne
La desserte de Beaune et Chalon pourrait être remplacée par des TER avec correspondance à Dijon. Le député-maire de Beaune, Alain Suguenot, organise la résistance, en mettant en avant les atouts économiques et touristiques de sa ville.

Reportage : Sylvain Bouillot et Damien Rabeisen
Avec : 
Thierry Bognon - Chauffeur de Taxi à Beaune 
Bernard Guyot - Vice-président de la Chambre de Commerce et d'Industrie 21  
Alain Suguenot - Député-maire de Beaune (UMP)
durée de la vidéo: 01 min 57
Polémique arrêt TGV à Beaune

Réaction du M.E.D.E.F. qui a  publié ce communiqué:

Le MEDEF Côte-d’Or s’interroge sur le projet de suppression de la desserte TGV de Beaune
La SNCF projette de supprimer les lignes directes reliant Beaune à Paris, au profit d’une liaison à Dijon par TER.

Le Medef Côte d’Or souhaite connaître de la SNCF, dans les meilleurs délais, les raisons qui ont conduit à ce projet et les chiffres précis des coûts d’exploitation, ainsi que de la fréquentation.

Le MEDEF Côte-d’Or s’interroge également sur l’impact économique et sur la pertinence de cette décision. En effet, l’existence de liaisons directes entre Paris et Beaune est un facteur indéniable d’attractivité pour ce territoire, où l’activité liée au tourisme est importante. L’abandon de cette desserte TGV serait d’ailleurs un point négatif dans la candidature des Climats de Bourgogne au Patrimoine Mondial de l’UNESCO.

Pour le MEDEF Côte-d’Or, la SNCF, en tant que service public ayant pour « rôle de contribuer au développement et à l’équilibre du territoire », doit évidemment veiller à optimiser son fonctionnement et sa performance pour maîtriser ses coûts. Mais il convient de mesurer l’impact économique (et donc social) de toute décision en amont.
Pierre-Antoine KERN, Président du MEDEF Côte-d’Or, déclare : « Comme dans de trop nombreuses situations, nous avons le sentiment que les entreprises sont mises devant le fait accompli, sans que l’impact des décisions qui peuvent affecter leur activité n’ait été mesuré.

Nous demandons aux parties prenantes de travailler à mesurer les conséquences économiques de cette décision, dans la situation actuelle des déplacements sur Beaune, mais aussi au regard des évolutions futures des flux touristiques qui résulteront des projets ambitieux portés par la ville. »


La C.G.P.M.E. a également réagit dans un communiqué:

L’arrêt du TGV en gare de Beaune a un impact économique et touristique considérable et répond à un véritable besoin des particuliers, des entreprises et des salariés installés ou travaillant sur l’agglomération beaunoise.

La question se pose de l’attractivité d’un secteur viticole réputé, qui doit séduire prospects, clients étrangers, touristes. Que penser de ce nouvel élément décisif qui ne manquera pas de peser dans  l’inscription tant attendue des Climats de Bourgogne au patrimoine mondial de l’UNESCO ? Comment ne pas imaginer quel frein cela représenterait pour Beaune, cité du vin, qui participe également au projet de la future Cité de la Gastronomie ? 

La ville de Beaune a su instaurer une politique favorable au développement d’entités économiques dynamiques et créatrices de richesses, que ce soit dans les activités liées au Commerce, à l’Industrie ou aux Services.

La CGPME s’inquiète fortement de cette décision qui aurait pour conséquence directe d’empêcher l’implantation locale et le développement de PME et ne favoriserait pas la création d’emplois sur ce bassin pourtant en devenir économique.

La CGPME regrette l’absence de concertation avec les acteurs et décideurs locaux et l’absence de transparence sur les fondements de cette décision. Elle demande aux responsables de la SNCF, compte tenu de l’importance des retombées locales,  de surseoir à ce dossier et de maintenir des dessertes TGV en gare de Beaune.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
transports sncf économie transports en commun