Chenôve : le feu est éteint mais l'accès au plateau interdit jusqu'au 31 juillet

Les pompiers ont passé toute la nuit à maîtriser et à éteindre les dernières braises jusqu'au petit matin sur le plateau de Chenôve. Le maire a interdit l'accès à toute la zone.

Les pompiers ont travaillé toute la nuit


Les pompiers de Côte-d'Or ont passé une deuxième nuit sur le plateau de Chenôve, pour éteindre les flammes qui ont ravagé une centaine d'hectares depuis ce lundi (130 selon le maire soit la moitié du Plateau)... Un travail de fourmis capital pour circonscrire définitivement cet incendie d'une ampleur inédite dans l'agglomération dijonnaise.

Au petit matin, ils éteignaient ainsi les dernières braises, et quelques fumerolles subsistaient. La pluie est arrivée vers 10h30 sur l'agglomération dijonnaise, de quoi aider à éteindre tout nouveau départ de feu. Une centaine d'hectares sont partis en fumée.

Voir le reportage de Théo Souman et Romain Liboz :


Où en est l'enquête ?


L'enquête sur l'origine du feu n'en est qu'à ses début. La piste criminelle est explorée, comme d'autres aussi. Des traces de plusieurs cocktails molotov auraient été retrouvées sur le site, mais l'information est démentie vigoureusement ce matin par le parquet. Mais sur le plateau, peu de monde comprend ce retour de flamme digne d'un incendie du Var.

Le plateau interdit 


Par mesure préventive, la mairie de Chenôve, Jean Esmonin a décidé d'interdire l'accès au plateau, à tous les véhicules, vélos et piétons, et ce jusqu'au 31 juillet… Pour éviter un nouvel acte de négligence, ou de malveillance…
L'actualité "Faits divers" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Faits divers" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité