Côte-d’Or : la sylvothérapie, ou comment se ressourcer en forêt, à Val Suzon

L'office national des forêts (ONF) propose des ateliers de sylvothérapie, à Val Suzon, en Côte-d'Or. Une pratique venue du Japon qui invite à se ressourcer auprès des arbres, le temps d'une balade en fôret. 

Une matinée pour se relaxer dans la nature. C’est ce que proposait l'Office national des forêts (ONF), dans la forêt domaniale de Val Suzon, en Côte-d'Or, samedi 26 juin. Une sortie pour découvrir la sylvothérapie, une pratique qui consiste à se ressourcer au contact des arbres. 

Un groupe de quatre personnes s’est retrouvé pour participer à différents ateliers d’éveil autour de la forêt : cérémonie du thé, balade silencieuse et une "rencontre" avec un arbre de son choix. Un moment, hors du temps, pour "ralentir, lâcher les pensées qui nous assaillent", avance la praticienne de sylvothérapie Martine Prost. "C’est vraiment un moment de pause, où l’on va se centrer sur les cinq sens. On ne peut pas demander au mental de se taire, mais on peut remplacer cet espace par des sensations", indique-t-elle.

Une balade en éveil

Myriam est une habituée des randonnées. Avec cet atelier, elle a appris à se balader différemment : "Je parcourais la forêt en marchant vite, en comptant les kilomètres, sans jamais avoir le temps de la sentir", explique-t-elle. "La prochaine fois, je profiterai de mon passage dans les bois pour m’arrêter", promet la randonneuse.

Les sensations que nous offre la nature sont extrêmement agréables et bénéfiques pour notre esprit et notre corps.

Martine Prost, praticienne de sylvothérapie

"On entend les oiseaux, on entend les voitures, on entend la cascade de l’eau, ça c’est magnifique", commente une autre participante. "C’est très beau, c’est comme un chant. Je me suis parfois reposée au pied d’un arbre, mais pas avec tous les sens éveillés. C’est la première fois que je me focalise sur les choses importantes."

Une pratique venue du Japon

La sylvothérapie est une pratique venue du Japon, explique l’ONF. En France, cette activité a le vent en poupe depuis quelques années. Mais attention ce n’est pas une "thérapie" à proprement parler. "Le terme 'bain de forêt' est plus adapté, explique Martine Prost, car on est vraiment dans une logique d’immersion". Dans la pratique, on s’éloigne d'ailleurs du cliché "câlin" avec un arbre. "Ce n’est pas obligatoire", avance la praticienne.

"Bien évidemment, si les participants ont cette envie, libre à eux de le faire", continue Martine Prost. "Mais j’aime bien aussi les inviter à s’assoir contre un arbre et à coller leur colonne vertébrale contre la colonne de l’arbre, qui est le tronc. Après, chacun ressent, perçoit, ce qu’il peut ressentir ou percevoir." 

Surtout qu'enlacer un arbre peut parfois être dangereux, à cause des substances irritantes ou de la présence de certains insectes, alerte le magazine Sciences et Avenirs. Vigilance, donc, lors des embrassades.

De nouvelles sessions de "bains de forêt" sont prévus d'ici la fin de l'été.  

L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité