• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

Après sa défaite à Caen, le DFCO de nouveau relégable

Le Caennais Yoel Armougom et le Dijonnais Julio Tavares, ce dimanche 28 avril. / © JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP
Le Caennais Yoel Armougom et le Dijonnais Julio Tavares, ce dimanche 28 avril. / © JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP

Le DFCO a perdu sur la pelouse de Caen ce dimanche 28 avril (1-0). Une mauvaise affaire qui replace Dijon en position relégable à quatre journées de la fin du championnat.

Par M. F. avec Christophe Tarrisse

C'était le match à ne pas perdre, mais Dijon repart bien de Normandie sans rien, à nouveau relégable au classement de Ligue 1 de football. Pourtant, le DFCO est plutôt bien rentré dans la rencontre ce dimanche 28 avril, avec une premiere reprise de Saïd, puis un tir de Chafik qui frôle les montants adverses.

Ensuite, les Dijonnais subissent. En seconde mi-temps, la pression s'accentue. À la 67e minute, le Caennais Fajr surpend le gardien de Dijon Rúnarsson et inscrit l'unique but de la rencontre.
 
 

Lutte sous tension

Dijon aura beau timidement pousser pour égaliser, rien ne rentrera. Le DFCO s'incline 1-0 et voit Caen lui passer devant pour un petit point.

En conférence de presse, l'entraîneur dijonnais Antoine Kombouaré n'a pas caché sa déception : "Quand vous ratez votre match, vous avez juste à féliciter votre adversaire. Le pire c'est que même en étant mauvais, on aurait pu égaliser en fin de match, puisqu'on a eu deux grosses occasions. J'ai confiance en mon groupe pour la suite, ils vont réagir la semaine prochaine, mais on est passé au travers. Caen est repassé devant nous au classement, mais l'important c'est qu'on soit devant eux à la 38e journée. 

On s'est fait manger en deuxième période, dans les duels, les premiers ballons, les seconds ballons, partout... Caen est allé chercher la réussite sur un but où Fajr veut centrer. Les efforts qu'on a fait pour prendre 7 points sur 9 font qu'il y a peut-être eu un relâchement inconscient. J'ai senti les joueurs un petit peu plus émoussés, mais c'est d'abord dans les tronches que ça se passe, et quand vous n'êtes pas dans les duels... On n'a que ce qu'on mérite". 


À quatre journées de la fin, la lutte s'annonce sous tension entre les deux équipes pour accrocher la place de barragiste. Le programme qui attend Dijon : deux déplacements à Nantes et à Paris et deux matchs à domicile contre Strasbourg et Toulouse.
 

Sur le même sujet

General Electric : l’intersyndicale dépose une plainte sur l’état psychologique des salariés de Belfort

Les + Lus