Cet article date de plus de 4 ans

Arnaud Montebourg se veut "le candidat de tous les peuples de gauche"

Le Bourguignon Arnaud Montebourg est à Dijon mercredi 7 décembre 2016. Il se présente à la primaire organisée par le Parti socialiste pour désigner un candidat de la gauche à la présidentielle de 2017. Il était l’invité du 19/20 de France 3 Bourgogne.
Arnaud Montebourg a commencé son séjour dijonnais par une rencontre avec des acteurs du monde économique. Puis, juste avant de tenir une réunion publique au Parc des Expositions de Dijon, il a fait une halte dans les studios de France 3 Bourgogne.
Ce Nivernais, qui fut longtemps élu de Saône-et-Loire, se présente pour la deuxième fois à la primaire de la gauche.

Interrogé sur la multiplicité des candidatures à gauche, Arnaud Montebourg n’a pas manqué de distribuer quelques coups, notamment à Manuel Valls qui a contribué à diviser la gauche estime-t-il.
Pour sa part, Arnaud Montebourg se voit comme "le candidat de tous les peuples de gauche".

"La primaire est un processus de rassemblement, et si nous n’y parvenons pas, nous aurons une responsabilité historique, car " sinon, le peuple de gauche n’aura le choix qu’entre François Fillon et Marine Le Pen".



Quelles sont les propositions d'Arnaud Montebourg ?



L’ancien député et président du conseil général de Saône-et-Loire défend "un programme de redécollage économique qui met fin à l'austérité d'inspiration bruxelloise".

Il a choisi de mener "une campagne de terrain à la rencontre des Français". Il souhaite leur faire des propositions pour résoudre les problèmes de la vie quotidienne. Concernant la santé par exemple, il  propose de "créer des dispensaires de la Sécurité sociale où nous allons salarier des médecins" ce qui permettrait de régler ainsi le problème des déserts médicaux.

Pour l’Education nationale, "je propose qu’on coupe les classes en petits groupes et que nous donnions les moyens dans les endroits où il y a trop d’échecs scolaires qui laissent les enfants sur le carreau. On ne peut pas dans notre pays avoir des savoirs fondamentaux qui ne sont pas maîtrisés et donnent le sentiment de s’effondrer".
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
arnaud montebourg politique primaires de la gauche parti socialiste