L'association des Portugais de Dijon est en difficulté après le confinement

L'Union Luso Française Européenne (ULFE) qui regroupe l'essentiel de la communauté portugaise de Dijon se bat pour sa survie. L'arrêt complet de ses activités pendant le confinement a mis à mal sa trésorerie. Une cagnotte de sauvegarde a été créée sur un site de financement participatif. 

© France 3 Bourgogne / V.E. Da Costa

Jamais l'association n'avait connu une situation aussi tendue. Née en 1997 du regroupement des footballeurs de l’association sportive des ouvriers portugais et de l’association culturelle Maison du Portugal, l'ULFE est une association très dynamique. Parmi ses adhérents, l'association compte plus de 500 familles d'origine portugaise.

L'éventail des activités culturelles et sportives est très large: football, zumba, chant et danses folkloriques, cours de portugais, concerts de Fado et soirées festives, spectacles, lotos... Elle accueille aussi régulièrement des permanences du Consulat du Portugal.   

Au programme 2020 de l'ULFE, figurait un événement particulièrement important, une semaine culturelle qui devait avoir lieu en mai et qui a été annulée comme tout ce qui était prévu en mars et en avril, en raison du confinement de la population.

 

Des concerts en live et des vidéos pour rester en lien pendant le confinement

"#Restez chez vous et prenez soin de vos proches !"  L'association a relayé le message sur les réseaux sociaux, mais elle a fait beaucoup plus que ça. Des vidéos ont été mises en ligne avec la participation des adhérents. 

L'une d'entre elles " Rosinha en confinement" enregistre plus de 9000 vues. Les participants,musiciens, danseurs, se sont filmés chez eux. 

Victor-Emmanuel Costa, chargé de communication de l'association, a fait le travail de montage.

Il a aussi organisé des concerts en direct organisés dans la rue, devant chez lui, mettant en scène sa maman, Linda Costa, chanteuse de Fado. 

Ces "concerts de confinement" sont devenus des "concerts de sauvegarde" de l'association.

 

La maison du Portugal en danger

Inaugurée en 2013, avenue de Stalingrad à Dijon, la Maison du Portugal est un centre culturel qui a été conçu sur mesure pour les activités de l'ULFE. Les charges fixes se montent à 4000 euros par mois.

En temps normal, l'association n'a aucun problème pour faire face à ses dépenses. Mais aujourd'hui, elle est en difficulté et a besoin d'aide financière.

Les collectivités (Ville de Dijon, Conseil Départemental et Conseil Régional) ont été alertés. Mais pour assurer son avenir l'ULFE a ouvert une cagnotte en ligne afin de recueillir des dons. 

Sur les réseaux sociaux, l'ULFE propose une vente à emporter de plats typiques du portugal.  Les portions de Bacalhau ao forno (morue au four), en vente dimanche 7 juin, ont eu beaucoup de succès. 

"Nous savons que nous allons mettre du temps à reprendre une activité normale, nous avons donc besoin de vous !"écrit l'association.

Plus de 5000 euros ont déjà été collectés. Mais l'ULFE a besoin de beaucoup plus, pour être tranquille au moins jusqu'en septembre prochain. 

 

 

 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
vie associative société déconfinement