• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

Une association veut lutter contre la solitude à Dijon

En fonction des praticiens, la fibromyalgie n'est pas traité de manière identique. Le député isarien souhaite qu'une uniformité des traitement soit mise en place. / © Maxppp
En fonction des praticiens, la fibromyalgie n'est pas traité de manière identique. Le député isarien souhaite qu'une uniformité des traitement soit mise en place. / © Maxppp

La solitude est-elle en passe de devenir le fléau du 21ème ? Depuis plus de 30 ans, l’association Astrée met en relation des bénévoles avec des personnes isolées. Elle cherche à simplanter à Dijon.

Par Christophe Tarrisse

C'est le paradoxe de notre socièté. A l'ère du tout connecté, les Français ne se sont jamais sentis aussi seuls : 5,5 millions sont en situation d'isolement réel et souffre de solitude. Près d'un tiers de la population. À l’origine de ce chiffre, une étude de l’Institut BVA commandée par l'association Astrée et révélée durant les 2es Journées de la Solitude en janvier dernier.

Peu importe l'âge, la classe sociale, le genre, le parcours de chacun : tout le monde est potentiellement concerné. Il suffit souvent d'un accident de la vie (divorce, décès, maladie, perte d'emploi...) pour basculer dans l'isolement le plus total. Astrée agit auprès d’adultes fragilisés à travers un accompagnement hebdomadaire, gratuit et confidentiel en face à face par des bénévoles formés ou au sein d’établissements scolaires.

Créé du lien au travers de discussions


Le principe est simple, c'est un suivi personnalisé de la personne rencontrée éprouvant des difficultés personnelles, et/ouprofessionnelles au cours de discussions hebdomadaires d'une heure souvent dans le local de l’association ou en extérieur. Les bénévoles de tout âge et de tous horizons sonr formés, et les profils multiples.

Créé en 1987 à Montpellier, l'association possède désormais une vingtaine d'antennes en France et compte 500 bénévoles pour 20 000 rencontres par an et plus de 37 000 personnes déjà soutenues par le réseau. Elle envisage de s'implanter à Dijon en 2019 et dans les villes de Strasbourg, Nancy, Metz, Le Havre et Troyes.


 

Sur le même sujet

Portrait : Anthéa Lamine finaliste BFC du concours de chant

Les + Lus