• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

Bourgogne : le crémant monte en gamme

Une grande dégustation était organisée samedi 9 mars à Dijon. / © Christophe Gaillard / France 3 Bourgogne
Une grande dégustation était organisée samedi 9 mars à Dijon. / © Christophe Gaillard / France 3 Bourgogne

Samedi, l'auditorium de Dijon accueillait la quatrième édition de la dégustation de crémant de Bourgogne Éminent et Grand Éminent. Des professionnels mais surtout de simples consommateurs étaient conviés à évaluer ces deux nouveaux segments au sein de l'appellation.

Par M. F.

Ils sont 160 dégustateurs équipés de tablettes. Ils goûtent et notent des crémants de Bourgogne dans un cadre prestigieux, celui de l'Opéra de Dijon. Ici on goûte on évalue, d'abord à l'aveugle, puis bouteille en main. 90 consommateurs lambda participent à l'opération. 

40 crémants différents sont servis aux dégustateurs. Chacun en goûtera seulement 6 références, mais au total chaque vin sera gouté 24 fois. De quoi évaluer les deux derniers nés de l'appellation.
 
Bourgogne : le crémant monte en gamme
Samedi, l'auditorium de Dijon accueillait la quatrième édition de la dégustation de crémant de Bourgogne Éminent et Grand Éminent. Des professionnels mais surtout de simples consommateurs étaient conviés à évaluer ces deux nouveaux segments au sein de l'appellation. - France 3 Bourgogne - Sylvain Bouillot, Christophe Gaillard, Yoann Danjou, Chantal Gavignet

"L'objectif est simplement de pouvoir vérifier si les vins qui sont présentés là, qui sont dans la marque label Éminent ou Grand Éminent, sont effectivement à leur place, précise Yves Le Fur, chercheur à AgroSup Dijon. Ça c'est vraiment l'objectif de la profession. Notre objectif à nous, AgroSup Dijon, c'est de collecter un ensemble de données pour fournir un outil de diagnostic à la profession."
 

Face au champagne

L'AOC crémant de Bourgogne a depuis quatre ans deux nouveaux segments supérieurs. Éminent pour 24 mois de vieillissement et Grand Éminent au-delà de 36 mois.

Cette hiérachisation au sein de l'appellation permet une plus value. "Le prix peut augmenter un peu puisque forcément on a un peu de temps de vieillissement, on porte le stock, détaille Rémi Dumey, le responsable technique de la maison Paul Chollet, à Savigny-lès-Beaune. Après, on reste sur des produits accessibles. Par exemple, aujourd'hui on peut trouver des Grand Éminent à moins de 15 euros."

15 euros, un seuil psychologique pour le consommateur qui pourrait alors être tenté par des bulles champenoises. Le crémant de Bourgogne représente aujourd'hui 11 % des vins produits dans la région.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Bourgogne : le crémant monte en gamme

Les + Lus

Les + Partagés