Cet article date de plus de 4 ans

CHU de Dijon : La cryothérapie pour traiter les tumeurs cancéreuses

Depuis début mai, le CHU de Dijon utilise une nouvelle technique pour détruire les tumeurs : le froid. L'hôpital dijonnais fait partie de la dizaine d'établissements français à proposer à ses patients la cryothérapie. Un traitement beaucoup moins invasif que la chirurgie.
L'intervention s'effectue au scanner pour visualiser la zone à traiter
L'intervention s'effectue au scanner pour visualiser la zone à traiter © FTV

Un procédé innovant, peu répandu

Développée depuis la fin des années 2000, cette innovation n’est aujourd’hui proposée que dans une dizaine de Centres Hospitaliers Universitaires en France.
Pour la région Bourgogne Franche-Comté, le CHU Dijon Bourgogne est désormais le seul établissement à la pratiquer, et le second à l’échelle de l’inter-région Grand Est, aux côtés des Hôpitaux Universitaires de Strasbourg.

Comment l'intervention est-elle effectuée ?

Réalisée sous scanner ou échographie, la cryothérapie permet de détruire une tumeur de petite taille par le froid, en respectant les tissus environnants.
Le procédé consiste ainsi à faire pénétrer des aiguilles creuses dans la tumeur, afin d’y former une boule de glace.
Durant ce traitement (qui dure jusqu'à 1h30), les aiguilles sont refroidies à leur extrémité par un gaz, l’argon, qui abaisse considérablement la température de la pointe de l’aiguille jusqu’à – 100° C.

Quels sont les avantages de ce procédé ?

Aussi efficace que la chirurgie pour le traitement de tumeurs cancéreuses, cette technique est aussi moins traumatisante, pour des personnes déjà fragilisées par la maladie.
D'une part, le temps d’hospitalisation est réduit (de 0 à 1 nuit, en fonction du type d’anesthésie),  il y a une diminution des risques anesthésique (la procédure pouvant être réalisée sous anesthésie locale) et post-opératoire (réduction des complications), amélioration du confort du patient (absence de douleur ou de cicatrice)
La cryo-ablation peut également permettre de soulager les patients en cas de métastase.

Une alternative à la chirurgie ?

Cette technique devrait se généraliser à l’avenir pour le traitement de nombreuses tumeurs de petite taille et devenir la référence.
Elle apparait notamment comme une opportunité d’améliorer considérablement le vécu hospitalier de nombreux patients.
En France, la cryothérapie est pratiquée seulement par une dizaine de centres hospitaliers.
Elle n'est, pour l'heure, pas encore remboursée par l'assurance maladie.

Le reportage de Sylvain Bouillot et Christophe Gaillard.

Intervenant :

durée de la vidéo: 01 min 44
Cryothérapie pour les tumeurs cancéreuses au CHU de Dijon

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
santé société