Coronavirus Covid-19 : François Sauvadet s'indigne de la réunion du conseil régional en présentiel

Le chef de file de la droite et du centre au conseil régional, François Sauvadet, exprime son "désaccord le plus total" après la convocation d'une plénière en présentiel, en format tout de même réduit. Selon lui, en pleine crise du coronavirus, les décisions auraient pu être prises à distance.
François Sauvadet, en 2017.
François Sauvadet, en 2017. © JC Tardivon/MAXPPP
Vendredi 24 avril, une séance plénière du conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté doit se tenir à Dijon. Une réunion physique et non pas en visio-conférence.

Ce choix indigne le chef de file de la droite et du centre au conseil régional, François Sauvadet. "Je tiens à exprimer mon désaccord le plus total avec la convocation par Marie-Guite Dufay d’une séance plénière du conseil régional ce vendredi 24 avril en présence de 34 élus, des directeurs et agents des services de la région et de la presse", indique-t-il dans un communiqué diffusé mardi 21 avril.
 

34 élus sur 100

La Région dit avoir choisi un mode présentiel restreint "pour respecter à la fois le fonctionnement démocratique de l'institution et les consignes sanitaires en vigueur" pendant la crise du coronavirus.

34 élus sur 100 ont été conviés à la réunion en format restreint, les autres pourront suivre les échanges par internet. 17 élus seront présents pour représenter la majorité de gauche, 9 élus pour la droite et le centre, 5 élus pour le Rassemblement national et 3 non-inscrits. Ils seront répartis dans l'hémicyle pour être à distance les uns des autres. 
 

Même si la réunion en présence physique restreinte est permise par l’ordonnance du 1er avril 2020, elle n’est pas obligatoire et elle est même incompréhensible alors que nous demandons à chacun de nos compatriotes, qui peuvent poursuivre leur activité à distance, de rester confiné.
François Sauvadet


Mais celui qui est également président UDI du conseil départemental de la Côte-d'Or ajoute : "nous aurions pu prendre ses décisions, à distance, en organisant une session par visioconférence comme prévu par l’article 6 de la même ordonnance du 1er avril 2020. Ce qu’ont d’ailleurs fait et réussi d’autres régions comme les Hauts-de-France ou la Nouvelle-Aquitaine."


"Nous tâcherons d’être le plus succinct et synthétique possible"

La présidente PS du conseil régional Marie-Guite Dufay a tenu une conférence de presse jeudi 23 avril, à la veille de la séance plénière. Elle est revenue en premier lieu sur l'organisation de la session, qui a fait l'objet d'une discussion au sein de la majorité à propos de la tenue d'une séance en présentiel ou en visio.

"Il y a eu des débats qui ont transcendé tous les groupes. Il a fallu trancher : j’ai donc tranché en faveur d’une assemblée en présentiel pour aller vers l’expression démocratique. La visio ce n’est pas mal mais la visio à 100, c’est très compliqué. Derrière une assemblée il y a des votes, une traçabilité des votes donc c’est très compliqué en mode visio", déclare Marie-Guite Dufay.

La présidente a également rappelé que les gestes barrières actuellement en vigeur seraient appliqués : distanciation, port du masque et gel hydroalcoolique. "Nous tâcherons d’être le plus succinct et synthétique possible", conclut-elle sur le sujet.

 

Conseil régional : une présence qui fait débat
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
région bourgogne franche-comté politique fusion des régions réforme territoriale françois sauvadet