Côte-d'Or : l'été n'est pas si morose pour les professionnels du tourisme

Malgré la situation sanitaire et le temps pluvieux, les touristes sont au rendez-vous en Bourgogne. Certes il y a peu d'étrangers, mais beaucoup d'estivants français. Souvent de passage dans la région, ils en profitent pour visiter la Côte-d'Or, ce qui satisfait les professionnels du secteur.
Par ces temps de pluie, les Hospices de Beaune attirent jusqu'à 2 700 personnes par jour.
Par ces temps de pluie, les Hospices de Beaune attirent jusqu'à 2 700 personnes par jour. © Paul Abran / France Télévisions

Après un été 2020 en demi-teinte en Bourgogne, le secteur touristique misait sur une relance en 2021. C'était sans compter sur la progession du variant Delta et les contraintes liées au pass sanitaire. Ajoutez à cela une météo digne d'un début d'automne : le cocktail a de quoi laisser un goût amer aux professionnels. 

Et pourtant, les juilletistes ont répondu présent. Katia Tunc voit ses inquiétudes se dissiper peu à peu. "Le mois n’a pas forcément très bien démarré, mais ensuite on a eu du monde sur les deux dernières semaines", note cette gérante d'une épicerie fine à Dijon.

Une clientèle française

Katia Tunc se montre confiante : les clients abondent dans la boutique entre deux averses et contrairement à l'usage, ce sont surtout des Français, venus "de régions assez proches", remarque-t-elle. "D'habitude, ils ne restaient pas. C'est une ville de passage. Mais là ils prennent le temps de visiter Dijon donc pour nous, c’est plutôt positif."

On a eu quelques clients français qui sont restés plusieurs jours. Alors que le client de passage va rester une nuit ou deux nuits, mais rarement plus

Pierre Gille, propriétaire d'un gîte et chambres d'hôtes

Même constat sur la côte viticole, dans l'établissement de Pierre Gille. "On a eu quelques clients français qui sont restés plusieurs jours. Alors que le client de passage va rester une nuit ou deux nuits mais rarement plus", rapporte ce propriétaire de gîte et chambres d'hôtes à Nuits-Saint-Georges (Côte-d'Or).

Sa clientèle traditionnelle de l'Europe du Nord, en chemin vers le Sud de la France, est également au rendez-vous. Après un mois de juin timide, il affiche quasi-complet pour l'été. "Les intempéries n’ont rien changé", se réjouit Pierre Gille. 

Mieux qu'en 2020

Dans les hôtels aussi, les résultats de juillet sont meilleurs qu'en 2020, "même s'ils restent plus faibles que les années précédentes", précise Patrick Jacquier, président de l'Union des Métiers et des Industries de l'Hôtellerie en Côte-d'Or. Août semble s'engager sur la même tendance, mais là encore les réservations se font en dernière minute, "48 heures, 24 heures, voire 12 heures à l'avance." 

A l'accueil de l'office de tourisme de Beaune, Sandrine Sagrange constate aussi une fréquentation plus importante par rapport à la saison dernière. Mais avec seulement 20 % de clientèle étrangère.

"Essentiellement des Belges, Néerlandais, Scandinaves aussi. Depuis une semaine on voit un peu d' Espagnols et d'Italiens", énumère la responsable d'accueil. "Les touristes qu'on a perdus sont les Britanniques."Et les grands absents, comme en 2020, restent les Américains et les Asiatiques.

Sandrine Sagrande observe aussi de "nouvelles habitudes" dans le pays beaunois. "On a plus de demandes au niveau du tourisme vert. De la randonnée, du vélo... et s'il pleut il y a pléthore d'offres de tourisme culturel, surtout à Beaune." Rien que cette semaine les Hospices de Beaune ont d'ailleurs accueilli jusqu'à 2 700 visiteurs à la journée. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
tourisme économie