Covid-19 : le département de la Côte-d'Or renforce les mesures de lutte contre l'épidémie

De nouvelles restrictions entreront en vigueur dès lundi 21 septembre, compte-tenu de l'augmentation du taux d'incidence qui atteint 80 cas pour 100 000 habitants dans le département de la Côte-d'Or.

La Police Municipale est habilitée à effectuer les contrôles en centre-ville de Dijon
La Police Municipale est habilitée à effectuer les contrôles en centre-ville de Dijon © FTV Valentin Chatelier
Le préfet de Côte-d'Or Fabien Sudry a décidé de renforcer les mesures de lutte contre l'épidémie de Covid-19, en prenant un nouvel arrêté entrant en vigueur dès lundi 21 septembre. 

Renforcement du port du masque

Le port du masque devient obligatoire à Beaune dans le centre-ville de 8h à minuit.
Il sera aussi obligatoire dans les brocantes, les vide-greniers, marchés et fêtes foraines du département de 8h à 18h, aux abords des écoles et établissements scolaires.

De nouvelles mesures à destination des bars, cafés, restaurants

Le préfet met fin à l’autorisation d’ouverture tardive (au-delà de 02 h 00) accordée à plusieurs débits de boisson de la commune de Dijon (La Salsa Pepa, la Belle Epoque, le Cercle Rhumerie Jamaïque, le Beverly, le Smart)
Concernant les rassemblements sportifs, "les buvettes et points de restauration seront interdits dans les enceintes sportives et à leurs abords immédiats lorsque les clients ne peuvent être assis."
L'arrêté mentionne aussi qu' : "il est interdit de garder une station debout dans les bars et restaurants et que les gérants de ces établissements doivent s’assurer qu’ils sont assis; les événements dits d’intégration (ex : week-end d’intégration) organisés à l’occasion de la rentrée scolaire et universitaire sont strictement interdits."

Contrôles renforcés

La communication du Préfet ajoute que "les contrôles du respect des mesures barrières seront renforcés dans l’ensemble du département, notamment dans les bars, cafés, restaurants et transports en commun."
Le préfet rappelle  que "conformément aux dispositions de l'article 1 de la loi n° 2020-856 du 9 juillet 2020, la violation des mesures prévues par le présent arrêté est punie par les sanctions prévues à l'article L.3136-1 du code de la santé publique, soit une amende de 135 euros prévue pour les contraventions de la 4è classe ; en cas de récidive dans les 15 jours, une amende de 5è classe ; en cas de violation à plus de trois reprises dans un délai de trente jours, six mois d'emprisonnement et de 3 750 euros d'amende ainsi que de la peine complémentaire de travail d'intérêt général."
Les polices municipales des communes du département de la Côte d’Or sont habilitées pour relever toute infraction au présent arrêté.

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société