Le DFCO assomme Nice (4-0) et rejoint le PSG en tête de la Ligue 1

Les footballeurs dijonnais ont réussi un coup de maître en s'imposant 4 buts à 0 samedi soir sur la pelouse de Nice. C'est la troisième victoire de Dijon en trois journées de championnat. Le DFCO grimpe provisoirement à la 2e place du classement de Ligue 1.

Grâce à sa démonstration (4-0) à Nice, le DFCO a remporté sa troisième victoire de la saison en Ligue 1 et rejoint le Paris Saint-Germain en tête du classement, plongeant par la même occasion les Aiglons de Patrick Vieira, apathiques, dans le doute après seulement trois matches.

La formation d'Olivier Dall'Oglio, très joueuse, mais aussi solidaire et capable de faire le dos rond dans les moments délicats, a détruit mentalement son adversaire. Et l'on a découvert une jolie pépite en la personne du virevoltant Jules Keita, 20 ans, auteur d'un doublé et d'une passe décisive après son entrée en jeu dans la dernière demi-heure.
 


Dijon tient tête au PSG, rien que cela, avec la même différence de but (+7), et n'est devancé par le champion sortant qu'au nombre de buts marqués (9 contre 8).  Un scénario pourtant difficile à imaginer en début de rencontre.

"En terme de résultat, c'est exceptionnel. Mettre quatre buts à Nice, qui pour moi est une belle équipe, c'est bien. Il faut en profiter. Le football est parfois cruel. Nice s'est créé des occasions et ne les a pas mises. Nous, on a été efficaces. On a eu aussi un brin de chance", a confié le coach dijonnais Olivier Dall'Oglio à l'issue du match.

"Ce qui me plait, c'est l'état d'esprit. On commence à être discipliné, ça me change des saisons précédentes. Ces trois victoires permettent d'engranger de la confiance. Le classement, on le prend en photo. Ce n'est que du bonheur. On profite."
 
Même satisfaction pour le milieu de terrain du DFCO Frédéric Sammaritano : "Le score est un peu flatteur compte tenu de la physionomie du match et des opportunités niçoises. Nous avons joué notre jeu et nous avons bien défendu en première période. Cela se joue à pas grand-chose. Mais nous avons été efficaces dans les deux surfaces. Nous avons eu la chance d'ouvrir la marque sur coup de pied arrêté." 
 

On savoure cette victoire, la troisième d'affilée. Mais nous savons d'où nous venons et que nous vivrons des moments plus difficiles. Aussi, nous allons essayer de ne pas nous enflammer.

   

Le résumé du match

La rencontre débutait sur un bon rythme. Les deux formations, à connotation offensive, cherchaient à aller de l'avant. À ce jeu de tentative de déstabilisation adverse, les Niçois étaient les premiers à l'oeuvre. Saint-Maximin, recentré et aux prises de balle toujours aussi déroutantes, débordait et centrait pour Maolida, dont l'intelligente remise de la tête était dégagée par Lautoa (9).

La réplique bourguignonne survenait également à la suite d'un centre en retrait. La reprise de Sliti était détournée en corner par Tameze (14).

Progressivement cependant, les hommes de Vieira prenaient le dessus. Mais, comme face à Reims lors de la première journée, l'incapacité chronique à cadrer une frappe allait être radicale. A la suite d'un centre en retrait de Maolida, Lees-Melou, seul à six mètres, déchirait complétement sa reprise (33). Puis une tête de Maolida à la suite d'un centre de Boscagli passait encore à côté (38).
 
Alors, comme souvent, un contre adverse peut être assassin. Et à la toute dernière minute avant la pause, une tête du petit Sammaritano obligeait Cardinale à une belle parade (45). 

Cela constituait la seule tentative cadrée de la première mi-temps. Mais les Aiglons semblaient revenir de la pause avec un surplus de motivation. 

Tameze cadrait un premier essai (47). Une tête de Maolida tapait ensuite la base du poteau droit de Runarsson (52). Nice poussait. Lees-Melou (56 et 63) et Dante (59) s'essayaient encore. Sans réussite.

La sanction tombait imparablement. Le coup-franc, généreusement accordé par M. Delajod pour une faute sur l'excellent entrant Keita, enfantait une combinaison dijonnaise au cours de laquelle le Marocain Aguerd reprenait victorieusement un centre de Loiodice (0-1, 67).

Nice lâchait alors. Et successivement, Haddadi, servi par Keita, (2-0, 83), puis Keita, par deux fois dans une défense absente (3-0, 86, 4-0, 90+1), détruisaient une équipe de Nice en perdition.
   
La fiche du match
  • Stade : Allianz Riviera, Nice
  • Arbitre : W. Delajod
  • Spectateurs : 18 109
  • Temps : chaud et ciel partiellement couvert
  • Terrain : en bon état
  • Eclairage : satisfaisant
 
  • Possession de balle :
    Nice : 53 %
    Dijon : 47 %
     
  • Buts :
    Dijon : Aguerd (67), Haddadi (83), Keita (86, 90+3)
     
  • Avertissements :
    Nice : Saint-Maximin (54), Le Bihan (88)
    Dijon : Aguerd (6), Lautoa (38)
     
  • Les équipes :
    Nice : Cardinale - Herelle, Dante (cap), Boscagli - Tameze, Danilo, Lees-Melou (Makengo 72) - Cyprien, Maolida (Diaby 80), Saint-Maximin, Srarfi (Le Bihan 71)
    Entraîneur : Patrick Vieira​
    Dijon : Rúnarsson - Rosier, Aguerd, Lautoa, Haddadi - Amalfitano (Keita 66), Abeid (Marie 90+1), Loiodice, Sliti, Sammaritano (Jeannot 79) - Tavares (cap)
    Entraîneur : Olivier Dall'Oglio