• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

Dijon : François Rebsamen et les élections municipales de 2020

Le maire de Dijon sur le plateau de Dimanche en politique Bourgogne, le 16 septembre 2018. / © France 3 Bourgogne
Le maire de Dijon sur le plateau de Dimanche en politique Bourgogne, le 16 septembre 2018. / © France 3 Bourgogne

Le maire de Dijon François Rebsamen était l'invité de Dimanche en politique Bourgogne le 16 septembre. L'occasion de parler de son retour dans le fauteuil de maire, de la politique d'Emmanuel Macron et de la perspective des prochaines élections municipales. Morceaux choisis.

Par M. F.

 

• Les élections municipales

Interrogé sur les élections municipales de 2020, François Rebsamen rappelle ses propos lors des dernières municipales à Dijon"J'ai évoqué l'idée que ça pouvait être mon dernier mandat de maire de Dijon". Mais il n'exclut pas de rester à la tête de Dijon Métropole. "Oui c'est quelque chose qui m'intéresse, c'est à voir."

"Je vois que mes opposants locaux sont dans les élections. Moi je suis dans l'action, c'est la différence. Je travaille, eux ils voient comment ils peuvent se positionner. Donc on n'est pas du tout sur le même terrain."
 

Nathalie Koenders a montré qu'elle avait les qualités pour être maire.
 

Il salue l'intérim assuré par Nathalie Koenders pendant son retrait pour soigner un cancer : "J'ai remarqué que Nathalie Koenders est arrivée à avoir ce lien avec les habitants de notre ville. Elle a montré qu'elle avait les qualités pour être maire."

Mais lorsqu'on lui demande si c'est elle qui mènera la liste aux prochaines municipales, il nuance"Chacun comprend ce qu'il veut. Pour le moment, rien ne prépare à cela. Nous travaillons ensemble, la main dans la main, avec l'ensemble des élus."
 

"Nathalie Koenders a montré qu'elle avait les qualités pour être maire"

 

• Les projets à Dijon

François Rebsamen dirige la ville depuis 2001. Est-ce Dijon en 2018 est la ville dont il rêvait quand il s'est installé dans le fauteuil de maire en 2001 ? "Je n'imaginais même pas qu'en 2018, on serait arrivé à faire tout ce qu'on a fait. On avait envie de le faire mais je ne l'imaginais pas à ce point là, indique le maire de Dijon. 

"D'autres défis sont apparus. Aujourd'hui, le grand défi c'est de faire de Dijon la grande ville écologique française, c'est de porter l'écologie urbaine."
 


Une pétition a été lancée à Dijon pour demander plus d'arbres dans le centre historique. Est-ce que cette démarche est entendue, ou rien ne va changer ? 

"Avec le tram, nous avons planté près de 5 000 arbres, rappelle le maire de Dijon. Là où il y a aujourd'hui un espace piéton, avant il y avait une rue. Il n'y avait pas d'arbres non plus. Le cœur de ville est, et restera minéral. 

On a mis des fontaines quand on pouvait mettre des fontaines. C'est le cas place de la Libération. Mais je ne vais pas mettre des bacs à sable place de la Libération.

Par contre, nous envisageons dans les aménagements du musée des Beaux-Arts de mettre quelques arbres. Il y a sur le square des Ducs des arbres plusieurs fois centenaires. Il y a beaucoup d'espaces verts dans Dijon."

 

François Rebsamen annonce par ailleurs un nouveau grand projet pour la ville, porté par la mairie et Dijon Métropole : "Je voudrais un grand musée d'art contemporain. Après un grand musée des Beaux-Arts, on aura un grand musée d'art contemporain."
 

 

• La politique d'Emmanuel Macron

Alors qu'il ne s'était pas montré hostile à Emmanuel Macron pendant la campagne présidentielle, le maire de Dijon est désormais est désormais plus dur. "Je pense qu'il met en oeuvre aujourd'hui une politique qui n'est pas du tout celle qu'il avait annoncé, pour dire la vérité", indique-t-il.
 

Un plan pauvreté financé par les pauvres.


"Au niveau économique, il mène la politique qu'il a choisi. Mais le fait de vouloir tout de suite privilégier les plus aisés, les plus riches de ce pays, avec des cadeaux fiscaux incroyables que notre pays va payer cher. 25 milliards de cadeaux fiscaux aux plus aisés, ça grève les finances de notre pays. On en aurait besoin aujourd'hui."
 

"Quand on voit qu'il y a un plan pauvreté avec 8 milliards d'euros pour les quatre prochaines années alors qu'on a donné 25 milliards aux plus aisés. Si j'étais méchant, je dirai que c'est un plan pauvreté financé par les pauvres."
 
"25 milliards de cadeaux fiscaux aux plus aisés, ça grève les finances de notre pays"
 

• Sa santé

François Rebsamen est revenu sur la scène politique fin août, après un retrait de quelques mois pour soigner un cancer. Il indique : "Je vais bien. Je suis de retour. J'ai vécu sûrement l'épreuve la plus difficile de ma vie. Quand on peut dire qu'on va bien, on sort renforcé de cette épreuve".
 

J'ai vécu sûrement la plus difficile de ma vie.


Le maire de Dijon dit avoir été beaucoup aidé par les nombreuses marques d'affection qu'il a reçu : "J'ai reçu des centaines de messages de soutien. Et on se dit qu'on fait corps avec une ville et ses habitants. Je crois qu'il n'y a que le mandat de maire qui représente ce lien avec les citoyens. Ça m'a beaucoup aidé, je peux leur dire merci."
 
 
"J'ai vécu sûrement l'épreuve la plus difficile de ma vie"

 

REVOIR L'émission en intégralité

Dimanche en politique avec François Rebsamen (16 septembre 2018)

A lire aussi

Sur le même sujet

Hausse des carburants : un chèque transport va-t-il voir le jour en Bourgogne-Franche-Comté ?

Les + Lus