Dijon : n’oubliez pas d’apporter votre ours en peluche à la Nuit Européenne des Chercheurs !

Les ours en peluche, d'importants objets de réconfort ! / © Pixabay
Les ours en peluche, d'importants objets de réconfort ! / © Pixabay

La Nuit Européenne des Chercheurs 2019 a lieu vendredi 27 septembre. C’est l’occasion de rencontrer des scientifiques qui nous parlent de leurs recherches. On pourra aussi participer à diverses expériences, dont une sur notre perception des objets réconfortants !
 

Par B.L.

Les chercheurs, des Sherlock Holmes de la science ?

On fête cette année la 15e Nuit des Chercheurs ! Cet événement a pour but de faire dialoguer le public avec des chercheurs. L’édition 2019 de la Nuit des Chercheurs se déroulera simultanément dans plus de 350 villes d’Europe, dont une douzaine en France.

Cette année, la Nuit des Chercheurs est placée sous le signe de l’enquête. Autrement dit, les chercheurs ont-ils parfois l’impression de travailler comme des Sherlock Holmes ou des Hercule Poirot, qui ne doivent négliger aucune piste pour résoudre une énigme ?

"On nous dit que les chercheurs récoltent et analysent des indices, formulent des hypothèses, évacuent des fausses pistes, explorent l’inconnu : est-ce comme cela que ça se passe ? Certains chercheurs se reconnaissent-ils dans l’esprit d’un inspecteur Colombo qui tirerait les vers du nez à des agents pour reconstituer l’explication d’un fait ? D’autres seraient-ils adeptes du travail en équipe à grand renfort de technologie, dans le style des « Experts à Manhattan » ? Quel a été le « détail qui tue » menant à une découverte singulière ?", c’est de tout cela qu’il sera question, expliquent Lionel Maillot de l’université de Bourgogne et Jérémy Querenet de Franche-Comté, les deux coordinateurs de la Nuit Européenne au niveau national.
 

 

Apportez votre ours en peluche et participez à une expérience scientifique

A Dijon, entre 50 à 70 chercheurs participent à la Nuit des Chercheurs 2019. Rendez-vous sur le campus à partir de 18h et jusqu’à minuit. On peut s’y rendre en tram (arrêt Erasme sur la ligne T1) ou en bus (arrêt Mansart ou Agrosup sur la ligne 5). L’entrée est gratuite bien sûr, le public pourra se restaurer sur place et prolonger la soirée par un concert.

Au programme de la Nuit des Chercheurs, il n’y a aucun cours "magistral". Ce sont des discussions, des expositions, des animations et diverses expériences participatives. L’une d’elles portera sur une question scientifique très sérieuse : qu’est-ce qui favorise le réconfort?

"Ce dispositif accessible à tous et toutes n’est pas un simple atelier sur la démarche scientifique, il s’agit d’une véritable recherche sur les différents caractères qui font que certaines peluches sont plus réconfortantes que d’autres."

Le public est amené à venir avec un ours en peluche. "À travers la mesure de nombreux critères, chacun pourra ensuite retrouver son propre ours dans une classification élaborée grâce aux données récoltées dans les 12 villes participant simultanément."
 

 

Speed-searching, escape game, etc au programme


► Escape game
Arriverez-vous à retrouver les documents perdus d’Albert Einstein, à échapper au chimiste qui veut faire de vous des cobayes, ou à sauver des données de l’attaque d’un virus informatique ? Avec des approches différentes, chaque ville a travaillé directement avec des chercheurs pour créer des escape game en lien avec les recherches actuelles et aborder, à travers le jeu, des thématiques dont les enjeux peuvent être importants.

► Speed-searching
Des groupes de 3 à 5 personnes se retrouvent autour d’une table pour 8 minutes précisément. En passant de table en table, le public pourra découvrir de nombreuses disciplines scientifiques et autant d’approches des sciences, racontées par ceux et celles qui la pratiquent au quotidien.

► Ma recherche à la loupe, une déclinaison du speed-searching 
Dans un espace intimiste et scénographié, des visiteurs vont suivre l’histoire d’une recherche. Objectif : identifier les points de détails, subtils mais essentiels, qui ont permis de faire avancer la recherche.

 
 

Comment faire remarcher des personnes paralysées ?

A noter que Grégoire Courtine, chercheur en neurosciences à Lausanne et ancien doctorant dijonnais, participera à la Nuit des Chercheurs 2019.

15h à l’amphithéâtre Galilée, sur le campus de Dijon, Grégoire Courtine donnera une conférence dans laquelle il évoquera l’exploit qu’il a réalisé en 2017 avec son équipe : faire remarcher des personnes atteintes de lésions de la moelle épinière. L'entrée est gratuite sur inscription à l'adresse suivante : sophie.fallot@u-bourgogne.fr

22h30 à l’amphithéâtre Roupnel, le public pourra assister à la projection de larges extraits du film « Remarcher » de Jean-François Desmarchelier, sur l’aventure de Grégoire Courtine et de son patient David M’Zee. La séance sera entrecoupée et suivie d’échanges avec Grégoire Courtine et Jean-François Desmarchelier. L’entrée est gratuite, l’inscription a lieu sur place.

Deux chercheurs et une physiothérapeute de l’équipe de Lausanne seront également présents à la Maison des Sciences de l’Homme de 18h à 22h 30 pour raconter leurs recherches dans une salle spécialement dédiée à leurs investigations.

Le programme complet de la Nuit des Chercheurs 2019 à Dijon


 

A lire aussi

Sur le même sujet

Sport : on a testé... le mölkky !

Les + Lus