Dijon : pour contrer UberEats et Deliveroo, des livreurs à vélo lancent leur propre plateforme plus éthique

À Dijon, au côté des géants spécialisés dans la livraison de repas, un nouveau service tente de se faire une place. A2ROO est une association de livreurs à vélo, des livreurs salariés et c'est ce qui fait toute la différence.

La principale différence avec les plateformes existantes est que les livreurs sont salariés.
La principale différence avec les plateformes existantes est que les livreurs sont salariés. © Romain Liboz / France Télévisions

Xavier Caron n'est pas un livreur à vélo comme les autres. Co-fondateur de l'association A2ROO, il n'est pas un travailleur indépendant mais salarié, et ça change tout. "On souhaitait remettre un peu d'éthique et de qualité en proposant un service de qualité plus global avec des conditions salariales classiques", précise-t-il.

Le SMIC mensuel (1 500 euros brut), une couverture sociale, le droit au chômage : avec le statut associatif, les coursiers sortent de la précarité. Une démarche totalement approuvée par le restaurateur David Zuddas. "J'ai participé activement à la création d'A2ROO. Parce qu'étant un peu militant, je refusais les modèles qu'on nous proposait. Je ne citerai pas les noms mais tout le monde connaît les grandes plateformes, qui à mon avis ne sont pas très vertueuses."

durée de la vidéo: 01 min 52
Livraisons : une alternative éthique ?

La plateforme de l'association fonctionne depuis une semaine. Cinq restaurateurs sont déjà inscrits, séduits aussi par la commission prélevée, moins chère qu'ailleurs. "On va dire qu'elle est différente de tous les autres supports de commande en ligne. C'est quelque chose qui reste local, qui s'affiche sur une éthique quelque part. En termes de commission, ça n'a rien à voir. On a l'impression de travailler plus pour nous, un peu moins pour les autres", précise le restaurateur Aurélien Brenans.

Cinq livreurs déjà embauchés

A2ROO devrait bientôt devenir une SCOP (une société coopérative et participative). D'autres ont vu le jour un peu partout en France, et à l'étranger grâce un logiciel libre, Coopcycle, qui fédère des coopératives de livreurs à vélo.

"Au début de l'aventure, il y a quatre ans, ça a débuté avec une coopérative à Bruxelles. Aujourd'hui, on est une soixantaine de coopératives en France, en Allemagne, en Angleterre, au Canada et dans le monde entier", indique Xavier Caron. A2ROO emploie cinq livreurs et espère pouvoir rapidement en embaucher d'autres. 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
consommation économie