• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

Florissimo : l’édition 2020 n’aura pas lieu

L’exposition florale dijonnaise aux 185 000 visiteurs ne fêtera pas ses 40 ans l’an prochain. La 11ème édition, prévue du 5 au 15 mars 2020, est reportée. Une nouvelle illustration des relations tendues entre le maire François Rebsamen et Dijon Congrexpo.

Par Arnaud Lefevre

Les arguments de François Rebsamen

Florissimo oui, mais dans un an ou deux ! L’annonce a eu lieu avant le conseil communautaire de Dijon Métropole mercredi 10 avril 2019. François Rebsamen a précisé avoir envoyé un courrier à Dijon Congrexpo et a détaillé ses arguments.
  • Baisse des dépenses demandées par l’état
  • L’écologie dans une ville engagée pour la biodiversité
  • Le calendrier, en pleine campagne pour les élections municipales


"Le problème c'est que Dijon Congrexpo, qui gère le parc des expositions, fait de gros bénéfices et ne veut pas investir pour moderniser l'outil. C'est assez traditionnel entre un propriétaire et un locataire. Je dis c'est du devoir du locataire, il dit c'est du devoir du propriétaire. Donc voilà le différend", a précisé le maire de Dijon sur notre plateau ce jeudi 11 avril.
 

Métropole connectée, Florissimo, gilets jaunes : François Rebsamen répond à nos questions
Le maire PS de Dijon François Rebsamen était l'invité de France 3 Bourgogne ce jeudi 11 avril. Il a répondu à nos questions sur plusieurs thèmes d'actualité : le projet OnDijon de métropole connectée, la polémique autour de l'annulation de Florissimo et le mouvement des "gilets jaunes".


 

Réponse de Dijon Congrexpo
« Pourquoi tant de haine ? »

L’association gestionnaire du parc des expositions et congrès organisait ce jeudi 11 avril 2019 une conférence de presse. Cette fois, la hache de guerre est déterrée ! Son président Jean Battault rappelle que la convention signée avec la ville l’oblige à organiser 2 évènements, la foire gastronomique et… Florissimo !

« C’est se tirer une balle dans le pied. La mairie nous a fait attendre. Nous avons eu une réponse, de façon assez discourtoise, en même temps que les annonces faites dans la presse. Ce n’est pas très bien élevé. Je ne m’interdis pas de faire un Florissimo l’année d’après » 

Voilà bien le seul point sur lequel les deux hommes semblent d'accord. Pour le reste, la justice pourrait les départager.                           
 

Voir la réaction de Jean Battault, président de Dijon Congrexpo

Jean Battault défend Florissimo


Des relations tendues

Depuis plusieurs mois, rien ne va plus entre la ville et le délégataire. Le renouvellement de la convention s’est fait dans la douleur, avec hausse de la redevance payée à la ville.

Pour preuve, la petite phrase de François Rebsamen sur la foire gastronomique lors du conseil municipal de décembre. « S’il y a un peu moins de monde chaque année à la foire, c’est parce que ça pue. On sent le graillon quand on en sort ».

Certes, les visiteurs sont moins nombreux depuis quelques années, mais comme dans toutes les foires, Dijon restant la 5ème de France. Par ailleurs, Yves Bruneau, le directeur général de Dijon Congrexpo pendant 18 ans, a quitté son poste.  
 

Florissimo, pour ou contre ?

Les +
185 000 visiteurs = des retombées économiques pour les hôtels et les commerces, non négligeables pour un centre-ville en difficulté depuis des mois
Une renommée nationale, voire internationale
Une tradition bien ancrée dans la vie dijonnaise

Les –
Le coût d’organisation
La difficulté de trouver des villes prêtes à exposer
Le prix du billet d’entrée (20 euros en 2015)
 

Voir le reportage de Caroline Jouret et Rodolphe Augier



 

Sur le même sujet

Portrait de Pierre Moscovici

Les + Lus