• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

Fridays For Future : les lycéens dijonnais ne sont pas mobilisés mais très concernés

les élèves du Lycée Charles de Gaulle ne se mobilisent pas pour FridaysForFuture / © France 3 Bourgogne
les élèves du Lycée Charles de Gaulle ne se mobilisent pas pour FridaysForFuture / © France 3 Bourgogne

Faire la grève scolaire pour montrer aux dirigeants que la jeunesse se sent concernée par l'urgence climatique. Les lycéens dijonnais n'ont pas rejoint le mouvement planétaire Fridays For Future mais ils ont un avis.

Par Tiphaine Pfeiffer

Suède, Belgique, Allemagne...
Des milliers de lycéens et d'étudiants se mobilisent partout dans le monde pour alerter leurs dirigeants sur l'urgence climatique.

Leur méthode : la grève scolaire. 
Pourquoi aller en cours, vivre sa vie comme si de rien n'était alors que dans le climat se dérègle et que les gouvernements tardent à prendre des mesure

Ce mouvement nommé Fridays For Future, portés par les jeunes de 17et 18 ans environ, vise à faire pression sur les gouvernements qui tardent à prendre des mesures.

A Dijon, devant le lycée européen Charles de Gaulle, l'ambiance est au carnaval; pas à la grève scolaire !
Les lycéens qui en ont entendu parler sont rares mais ils sont nombreux à avoir réfléchi à l'avenir de la planète.
 

Pas de grève scolaire

La plupart des lycéens rencontrés ne sont pas favorables à l'idée de grève scolaire.

Il n'est pas question de sacrifier leur avenir immédiat (scolaire) pour se mobiliser pour la planète.
Les deux enjeux sont importants mais la mobilisation leur semble dérisoire, inadaptée.

D'autres initiatives sont avancées : marches pour le climat, pétitions, initiatives personnelles...
Qu'il s'agisse de participer aux journées mondiales comme celle sans paille citée par Anaé ou de se mobiliser aux côtés des lycéens éco-ambassadeurs de leur lycée, les jeunes savent qu'ils peuvent, à leur niveau, mener des actions concrètes.


 
Propos recueillis par Tiphaine Pfeiffer


L'origine de Friday For Future

Ailleurs en Europe, le mouvement Fridays For Future, le mouvement prend de l'ampleur.

En Belgique, ce jeudi 14 février 2019, 11 000 jeunes ont séché les cours et battu le pavé à Bruxelles.
En janvier, près de 70 000 élèves s'étaient déjà mobilisés chez nos voisins du plat pays.

Canada, Allemagne, Australie, Italie, Pays-Bas...
Des milliers d'écoliers s'inspirent d'une jeune Suédoise de 16 ans, Greta Thunberg.

Cette adolescente se photographie chaque semaine depuis le mois d'août devant le parlement, à Stochkolm avec une pancarte "grève scolaire pour le climat" pour exiger que le gouvernement prenne des mesures plus fermes pour sauver la planète.

Elle a twitté sa 26ème photo ce matin.
 


En France, le mouvement Fridays For Future en est à ses balbutiements.


Des étudiants ont donné rendez-vous ce vendredi 15 février 2019 à 14h devant le Ministère de la Transition écologique à la "Génération climat".
 
 


La jeunesse qui dénonce la pollution, ce n'est pas nouveau comme le montre ce reportage de l'INA de 1975.

 

Sur le même sujet

Dijon : les gilets verts, des médiateurs au service des usagers

Les + Lus