• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

Gilets jaunes : Dijon possède une copie du moulage de La Marseillaise détruit à l’Arc de Triomphe

L'Arc de Triomphe, place de l'Étoile à Paris, a été le théâtre de violences et de dégradations lors d'une manifestation des "gilets jaunes" samedi 1er décembre 2018. / © ETIENNE LAURENT/EPA/Newscom/MaxPPP
L'Arc de Triomphe, place de l'Étoile à Paris, a été le théâtre de violences et de dégradations lors d'une manifestation des "gilets jaunes" samedi 1er décembre 2018. / © ETIENNE LAURENT/EPA/Newscom/MaxPPP

La manifestation des "gilets jaunes" à Paris a dégénéré samedi 1er décembre. L’Arc de Triomphe a été victime de dégradations. À l’intérieur du monument, un moulage de la sculpture La Marseillaise du Dijonnais François Rude a été détruit.

Par B.L. avec Matti Faye

L’Arc de Triomphe de Paris a été pris pour cible par des casseurs samedi 1er décembre 2018. À l'extérieur, des graffitis ont été tagués sur les murs. À l’intérieur, des œuvres d'art ont été abîmées, du mobilier a été détruit. "J'estime que les dégâts représentent plusieurs centaines de milliers d'euros, voire un million", indiquait dimanche Philippe Bélaval, le président du Centre des monuments Nationaux. Le monument "restera fermé au public pour plusieurs jours".

Une enquête a été ouverte par la police pour identifier les personnes qui se sont introduites dans le monument pour le saccager. Des prélèvements ADN ont été effectués dès samedi soir, a indiqué le Centre des monuments Nationaux.
 

Un moulage d'une partie d'une sculpture de François Rude représentant La Marseillaise a été endommagé à l’intérieur de l’Arc de triomphe.
 
Le Départ des volontaires de 1792, aussi appelé La Marseillaise ou le Chant du départ, a été sculpté par l'artiste dijonnais François Rude entre 1834 et 1836. Cette sculpture, installée sur le pilier nord de l'Arc de Triomphe, est connue dans le monde entier.

La Marseillaise représente en effet une allégorie de la victoire. "C'est une incarnation de l'allégorie de la patrie qui appelle les hommes à venir se joindre à elle", explique Delphine Christophe, directrice de la conservation du centre des monuments nationaux à France 2.
 
"La Marseillaise", un symbole de la République saccagé

"Cette œuvre a vraiment fait date, détaille Naïs Lefrançois, conservatrice du patrimoine au musée de Dijon à France 3 Bourgogne. Elle a été reprise par de nombreux artistes, surtout la figure hurlante parce que c'est vraiment la synthèse de la sculpture romantique qui est très expressive. Ce cri qui déforme la bouche n'était à l'origine pas du tout accepté par les critiques. On se devait de représenter des visages beaucoup plus impassibles, beaucoup plus stoïques."
 
La ville de Dijon possède un moulage de La Marseillaise, exposé au musée François Rude, situé dans l'église Saint-Étienne près du musée des beaux-arts de Dijon. "Ce moulage de la sculpture originale a été commandé en 1938 pour prévenir les éventuelles destructions dans une guerre mondiale, avec notamment le développement de l'aviation et des bombardements", précise la conservatrice du patrimoine au musée de Dijon.
 
La Marseillaise - François Rude


Comment ce moulage est arrivé à Dijon ?

L'œuvre Le Départ des volontaires de 1792 mesure 11,6 mètres de haut pour 6 mètres de large. Évidemment, le moulage en plâtre réalisé à la demande du ministère de la culture en 1938 est tout aussi imposant. Il n'est pas resté longtemps dans les galeries du musée des monuments français.

"C'est tellement grand qu'on décide de le donner à une ville qui en aurait complètement la légitimité, explique Naïs Lefrançois. On choisit Dijon parce que François Rude est né à Dijon. On attribue dès 1941 ce moulage à la ville." C'est en 1947 qu'il est installé au musée François Rude, où il est encore visible aujourd'hui. 

L'œuvre détruite samedi à Paris à l'intérieur de l'Arc de Triomphe est également un moulage de La Marseillaise, mais il se concentre sur la tête du personnage féminin de la sculpture.

"Ce moulage a été réalisé plutôt à la fin du XIXe siècle, entre 1896 et 1899. Il y avait une campagne de moulage, toujours pour le musée des monuments français, parce que le moulage avait une vocation à la fois pédagogique et artistique en diffusant des œuvres qui ne peuvent pas être déplacées".

"Le musée de Dijon possède également un moulage de la tête, qui a été fait sensiblement à la même époque, vers 1899. Il a déposé ce moulage au musée d'Orsay dans les années 1980, au moment de l'ouverture du musée. Il y a également au moins un autre moulage qui est conservé au musée des monuments français", ajoute la conservatrice.

 

Comment l'œuvre détruite à Paris sera restaurée ?

Il est peu probable qu'on fasse à nouveau un surmoulage directement sur l'œuvre originale installée à l'extérieur de l'Arc de Triomphe. "Il faudrait voir avec le musée des monuments français, qui est vraiment l'institution historique qui a réalisé ces moulages, s'il a conservé des moules. C'est très rare qu'on conserve des moules de cette taille là parce que c'est très encombrant, indique Naïs Lefrançois. On peut aussi prendre des empreintes des moulages qui existent actuellement avec de nouvelles techniques 3D et ensuite aider à restaurer cette oeuvre là."

Un des moulages existants est-il plus fidèle qu'un autre ? "C'est justement ça qu'il faut définir. Il y a eu des moulages faits à différentes périodes. Le moulage qui a été détruit [samedi 1er décembre] datait de 1899. Fatalement, une oeuvre qu'on voit en 1899 n'a pas forcément la même tête en 2018. La pierre s'est érodée, la pollution a pu dégrader certaines oeuvres. Donc il va falloir travailler assez finement avec les spécialistes de l'artiste pour définir le meilleur moulage, le plus adapté, qui pourrait le remplacer."
 
Le moulage en plâtre de La Marseillaise exposé au musée Rude de Dijon. / © Matti Faye / France 3 Bourgogne
Le moulage en plâtre de La Marseillaise exposé au musée Rude de Dijon. / © Matti Faye / France 3 Bourgogne

A lire aussi

Sur le même sujet

Dijon : des lycéens s'agenouillent en soutien à ceux interpellés à Mantes-la-Jolie

Les + Lus