Grève à l’école : comment s’organiser pour faire garder ses enfants ?

Mardi 10 décembre, le taux de grévistes dans le primaire est à 12,5%, selon le ministère de l’Education nationale. / © France 3 Bourgogne
Mardi 10 décembre, le taux de grévistes dans le primaire est à 12,5%, selon le ministère de l’Education nationale. / © France 3 Bourgogne

Une nouvelle journée de mobilisation contre la réforme des retraites se tient ce mardi 10 décembre 2019. Des écoles primaires seront fermées. Mais comment les parents peuvent-ils s’organiser avec leurs enfants ?

Par Valentin Chatelier

En cette nouvelle journée de mobilisation contre la réforme des retraites, mardi 10 décembre, des écoles de la région seront fermées. Hier à Dijon, à la sortie d’école, certains parents s’étaient déjà organisés.

"Ma fille, qui ne peut pas prendre de jours de congés, va devoir prendre ses deux enfants sur son lieu de travail. C’est très compliqué", confie une dame. "Moi je vais garder les enfants chez moi. Je suis à la recherche d’un travail, donc je peux les garder", rassure une autre.

Pour une troisième maman, en grève ce mardi 10 décembre, c’est plus simple de s’organiser : "L’école est en grève, et moi aussi. Donc on va les garder à la maison. Et s’il est en forme, on l’amènera à la manifestation avec nous".
 

La solution du baby-sitting


Certains parents n’ont pas pu se libérer. Ils ont demandé de l’aide à leur nounou. C’est le cas pour Oscar et Romane, deux enfants rencontrés à la sortie de l’école, qui sont gardés par leur nounou toute la journée ce mardi.

"La semaine dernière, j’ai passé l’après-midi avec les enfants. Ça nous a permis de faire plein de jeux. Mais il faut s’organiser différemment quand les écoles sont fermées", rappelle Aline Pommier, la nounou.

Pour les entreprises spécialisées dans la garde d’enfants, il faut davantage s’organiser pendant ces jours de grève. L’entreprise Abracada Services, à Dijon, gère l’emploi du temps de 90 salariés et vient en aide à près de 200 familles.

"On a surtout beaucoup de familles qui vont faire appel à nous en plus du planning initial : c’est-à-dire venir un peu plus tôt comme il n’y a pas de périscolaire, venir le midi parce qu’il n’y a pas de cantine, ou venir toute la journée à la maison parce qu’il n’y a pas d’école", confie la chargée de ressources humaines, Caroline Huet.
 

Une mobilisation en baisse dans les écoles


Pourtant, la mobilisation dans les écoles est moins importante ce mardi 10 décembre : le taux de grévistes dans le primaire est à 12,5%, selon le ministère de l’Education nationale. C’est beaucoup moins que le jeudi 5 décembre, avec 51,15% de taux de gréviste.


Un reportage de Sylvain Bouillot, Isabelle Rivière et Pascal Rondi avec
Aline Pommier, nounou professionnelle
Caroline Huet , chargée de ressources humaines - Abracada Services (Dijon)
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus