Il regarde du sport grâce au streaming illégal et l'assume : "même avec une amende, c'est rentable !"

Selon une étude publiée par l'Arcom jeudi 23 mai, 50 % des jeunes âgés de 15 à 24 ans consomment illégalement des programme sportifs. Pourquoi cette tendance ? Un habitué des plateformes de streaming illégales nous répond.

Ce 23 mai, l'Autorité de régulation de la communication audiovisuelle et numérique (Arcom) a publié une étude sur la consommation des programmes sportifs.

Ainsi, 11 % des Français déclarent recourir à des moyens illicites pour consommer des événements sportifs. Mais le résultat le plus saisissant concerne la tranche d'âge des 15 à 24 ans : près de 50 % des jeunes regardent du sport sur des plateformes illégales.

Regarder du football, de la boxe et du MMA pour 0 €

Connor* fait partie de ces adeptes du streaming sans contraintes. Ce Dijonnais de 24 ans regarde des évènements sportifs tous les mois. "Je ne suis pas le plus grand consommateur de sport", commence-t-il. "Mais je suis les gros matches de football, comme la Ligue des champions ou la Ligue Europa, ou quelques gros matches de Ligue 1. J'aime aussi regarder les gros combats de boxe ou de MMA."

Une consommation ponctuelle qui devrait pourtant lui coûter beaucoup d'argent tous les mois, s'il décidait de regarder les programmes en s'abonnant aux diffuseurs : "J'avais déjà regardé et pour avoir accès à tout ce que je veux regarder, ça me coûterait environ 30 € par mois, voire plus tant les droits des programmes qui m'intéressent sont à différents diffuseurs. Mais tout ça pour avoir accès à 90 % d'autres évènements qui ne m'intéressent pas du tout. Alors que là, j'ai tout sur une seule application pour littéralement 0 €."

Telegram : le streaming illégal à la portée de tous ?

Et cette fameuse application, disponible sur l'AppStore ou le Google Play store, c'est Telegram. C'est avec une voix enjouée que Connor parle de ce logiciel : "C'est juste une appli que tu installes sur ton téléphone ou ton ordinateur. Après la seule partie un peu compliquée c'est de trouver un canal. C'est un lien que tu peux trouver assez facilement sur les réseaux, il faut juste réussir à avoir celui qui diffuse les contenus que tu veux regarder et après tu t'abonnes. Et c'est tout. Par exemple, je suis un seul type qui me diffuse tout ce que je veux regarder, du football à la boxe en passant par le MMA. Les programmes sont en direct sur le canal, c'est fluide, c'est confortable, en bonne qualité... Je n'y vois aucun inconvénient."

Avant la démocratisation de Telegram en France  pour des contenus diffusés en direct, c'était surtout une messagerie cryptée semblable à WhatsApp. Pour le jeune homme de 24 ans, avant 2021, il y avait beaucoup plus d'inconvénients au streaming illégal : "Avant que je ne découvre Telegram, j'avais un ou deux sites sur lesquels je regardais le foot. C'était des noms un peu louches comme streamfoot.org ou des noms du genre. Il fallait cliquer plusieurs fois pour que la diffusion se lance. Ça plantait souvent, il y avait des publicités qui popaient toutes les 5 secondes et franchement c'était la galère pour suivre un match là-dessus."

Une différence entre le sport et les séries ?

Si l'on comptabilise uniquement les programmes qui intéressent Connor, la note s'élève effectivement à plus de 30 €. De l'autre côté, il explique être abonné à trois plateformes différentes pour moins de 30 € afin de regarder des contenus comme des séries ou des films.

Pour lui c'est un choix évident : "Je vis en couple avec ma copine, elle ne regarde pas de sport, donc "la question est vite répondue" comme on dit. On choisit de souscrire à des plateformes qui proposent des contenus qu'on peut regarder tous les deux. En plus, au total, ça revient à beaucoup moins cher. Je préfère aller regarder un gros match de temps en temps au bar avec des amis et regarder le reste tranquillement chez moi sur Telegram, plutôt que de payer des sommes énormes à trois diffuseurs différents."

"Un courrier de l'Arcom ? Je n'y crois pas"

Si regarder un programme sur une plateforme de streaming qui ne détient pas les droits est bien illégal, les sanctions de l'Arcom visent majoritairement les entités qui diffusent et hébergent les contenus illégaux. Il y a donc très peu de chances que Connor reçoive un jour un courrier d'avertissement de l'Arcom, et encore moins une amende, pour avoir regardé du contenu en direct sur Telegram.

"Au final avec les prix des diffuseurs, même si je prends une amende, c'est plus rentable"

Connor

Dijonnais de 24 ans

"Un courrier de l'Arcom pour juste avoir regardé un match ? Je n'y crois pas honnêtement", répond-il avec sérénité. "Déjà, Telegram est crypté et je ne pense pas qu'ils puissent partager ce genre d'informations sur leurs utilisateurs. Ensuite, c'est surtout les personnes qui envoient les liens sur les canaux qui pourraient sauter, mais même ça, je pense que c'est compliqué. En soi, même si les prix étaient beaucoup plus bas et avec des offres plus complètes, je ne pense pas que je prendrais un abonnement tant que je peux tout regarder gratuitement aussi facilement."

 *Le prénom a été modifié pour conserver l'anonymat.

L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité